Du haut du dada de la VIe République qu’il vient d’enfourcher, flamberge au vent, J. L. Mélenchon vient de nous en sortir une bonne. Au grand dam des autres responsables de son Parti de gauche, pourfendeurs des indépendantismes européens dans lesquels ils ne veulent voir que l’égoïsme de nantis, J. L. Mélenchon annonce que s’il était écossais, il voterait OUI à l’indépendance. Et d’ajouter que, si les monarchies ne sont pas à même de maintenir une unité nationale artificielle et imposée, pareil risque est impensable dans notre République, où nous vivons volontairement en bonne harmonie citoyenne de patriotes… Feu donc sur les monarchies espagnole, britannique ou belge, responsables en quelque sorte de leurs séparatismes. Et vive la République garante de l’Unité nationale. Admettons ; mais ce serait oublier que la belle et bonne République yougoslave a éclaté de façon sanglante ; ce serait oublier que la République italienne, née du combat des Partisans, connaît aujourd’hui le violent séparatisme de la Padanie… Et puis, pour changer de registre, affirmer que l’unité nationale française n’est pas en danger du seul fait de la République, n’est-ce pas oublier que nous vivons en fait dans une République monarchique, celle-là même que J.L.Mélenchon veut changer…