turle

Ainsi les Varois ont voté… Les derniers surgeons d’une paysannerie qui fut si profondément républicaine, les petits-fils des Italiens des mines de bauxite et des chantiers navals, les descendants de ces Corses déracinés, et puis, et surtout, cette avalanche d’Hexagonaux venus chercher le soleil, des terrains, et la mer, indifférents à ce qui fut la vérité de cette terre...

Le Var a voté et j’ai relu un livre indispensable, dont je redis ici ce que j’en disais l’an dernier, à sa sortie :

 

Bernard Turle, Autopsie d'une inquiétude, Éditions François Bourin, mars 2014.

En m'annonçant la sortie de son livre, "écrit après la cantonale de Brignoles, un cri du cœur longuement médité qui résonne encore plus fort après les municipales", Bernard Turle me précisait : "Un court passage du livre est inspiré par vos réflexions sur Pélabon (je rends à César ce qui est à César)". Pélabon, figure emblématique d'une versification ouvrière d'antan, dans la charnière du premier XIXe où l'on passa du provençal au français...

Que diable venait faire Pélabon dans pareil propos ? J'ai vite compris. Et ce que j'écris ici n'est pas un retour d'ascenseur.

Je viens donc de lire d'une traite un ouvrage éclairant et courageux, un ouvrage de salubrité publique. Son cri de rage touchera bien des "locaux" qui ne supportent pas de voir leur pays se défaire et se trahir (et évidemment, il en courroucera d'autres, qui se délectent dans cette mutation) ; et les autres, les "hexagonaux" découvriront peut-être la vérité d'un territoire qu'ils traversent et qu'ils consomment à l'occasion, sans vraiment pouvoir (vouloir ?) le connaître.

Microcosme et macrocosme : si pour Dali, on le sait, la gare de Perpignan était le centre du Monde, ici la gare de Brignoles (couverture) porte métaphore d'une triste vérité qui empoisonne désormais les deux versants de l'Hexagone...

P.S : Brignoles et Carnoules (où vit l'auteur) sont deux localités du centre Var.    

Présentation de l'éditeur

Depuis sa maison familiale de vignerons, il traduit le monde entier : Peter Ackroyd, T.C. Boyle, André Brink, Martin Amis, ainsi que de nombreux romanciers indiens et pakistanais tels que V.S. Naipaul, Sudhir Kakar, Mohammed Hanif, Manu Joseph ou Jeet Thayil. Bernard Turle est un enfant du pays, alors quand la poussée électorale du Front National s'est manifestée dans le canton de Brignoles et s'annonce plus forte encore pour les municipales de mars 2014, il décide de réfléchir sur ces ombres que l'on a du mal à définir : le sentiment d'inquiétude qui envahit tout et s'infiltre en nous.

Avec Autopsie d'une inquiétude, Bernard Turle propose un texte "atmosphérique" sur le mauvais air du temps qui imprègne sa région, mais aussi un pays tout entier. Il raconte avec finesse un terroir qui s'est défait peu à peu, qui se "banlieutise", se vide et s'engorge à la fois. Il y voit ses solidarités se désagréger dans l'hyperindividualisme, tandis que règne l'esprit du clientélisme  et rétrécissent les paysages, les campagnes, et une commune identité.

Bernard Turle, traducteur, traduit et vit à Carnoules. Il est aussi l'auteur d' Une heure avant l'attentat ( Les Promeneurs solitaires ) et de Diplomat, Actor, Translator, Spy (Sylph Editions/Université américaine de Paris ).