Capture d’écran 2015-07-05 à 22

Quel beau coup de pied aux fesses de la troïka!

Bien sûr, demain, dans le cadre actuel de l’UE et de ses diktats, et malgré la relance de la négociation, il sera bien difficile pour Syriza de réaliser son programme de progrès social et démocratique.

Mais ne boudons pas notre plaisir.

Souhaitons déjà que le peuple grec avec son NON ne se fasse pas voler sa victoire comme la droite et les socialistes réunis nous ont volé la nôtre après le NON de 2005.

Et mesurons quelle leçon de courage et de combativité ce peuple donne aux autres peuples d’Europe, jusqu’ici pour la plupart manipulés, abusés, voire résignés ou complices. Mesurons l’onde de choc qui ne va pas manquer de secouer l’Espagne, le Portugal, l’Italie et, qui sait, la France ?