Cf. "Malan"
http://merlerene.canalblog.com/archives/2016/02/20/33372302.html

J’évoquais dans ce récent billet l’émigration du protestant du Lubéron, Malan, vers le comptoir néerlandais du Cap, au lendemain de la révocation de l’édit de Nantes, et j'évoquais aussi sa descendance.

Une question m’a été posée sur une autre lignée voisine, celle des Joubert, un nom bien connu des amateurs de vins sud africains, et surtout des amateurs de rugby springbok.
J’avais gardé justement dans mes archives cet article du Monde Voyages du 11 juin 2010, « Franschhoek, le "coin des Français" en Afrique du Sud » 
dont j’extrais ces quelques lignes concernant les Joubert

« La saga des Joubert

18 octobre 1685. Louis XIV roi de France révoque l'édit de Nantes, mettant fin à plusieurs décennies de tolérance religieuse. Nombre de huguenots (protestants) doivent quitter la France pour fuir les persécutions et exercer librement leur culte. Pierre Joubert est l'un d'entre eux.

Originaire de La Motte d'Aigues au pied du Lubéron, il fuit avec sa famille vers Genève, capitale du calvinisme, avant de gagner Rotterdam aux Pays-Bas. Par peur d'être démasqué, il emballe la Bible familiale dans un linge puis la cache dans une miche de pain. Symbole de sa foi, cette Bible est aujourd'hui exposée dans le musée de Franschhoek.

Le 20 mars 1688, Pierre Joubert et sa jeune épouse, Suzanne Reyne, embarquent à bord du Berg China en direction du Cap. À bord, d'autres passagers ont aussi fui la France. Lorsque le navire aborde le Cap, le 4 août 1688, Pierre a une nouvelle épouse, Isabeau Richard. D'après le Huguenot Memorial Museum, la première compagne de Pierre Joubert est sans doute morte au cours du voyage, tout comme le mari d'une autre exilée provençale... Isabeau Richard ! Le capitaine aurait ainsi procédé à une rapide cérémonie pour recréer un nouveau couple de colons.

Les jeunes mariés qui ne parlent que le provençal vont s'installer dans la région où les Hollandais avaient commencé à planter des vignes. Pierre Joubert y meurt à 68 ans, soit 44 ans après avoir foulé le sol de l'Afrique du Sud. Isabeau donnera naissance à onze enfants avant sa mort en 1740 à l'âge de 73 ans. Aujourd'hui, la onzième génération de Joubert cultive toujours la vigne et commercialise même une partie de sa production sur Internet. »