arton627-765f5

Je présentais dans mon billet d'hier le lancement en 1905 d'un projet de monument à Blanqui.

On attendait l’hommage conventionnel du buste ou du personnage en pied. Maillol surprit son monde en présentant en 1908 « L’Action enchainée », une superbe et athlétique Vénus dénudée, énergiquement tendue vers la libération de ses mains prisonnières dans le dos. Elle fut bientôt communément appelée « la Liberté enchaînée ».

Initialement, la statue fut placée vis à vis de l’église (radicalisme du temps oblige !) au grand dam des cléricaux locaux.
Par la suite, l’emplacement du monument aura des fortunes diverses, en échappant de peu à la destruction pétainiste et nazie.

Aristide_Maillol_-_Action_enchaînée_-_Bronze_-_1908_-_013


On peut en voir une réplique dans le jardin du Carrousel, à Paris.