Cf. mon billet du 7 avril, « Président Trump, du désamour au Folamour, comme disait Stanley Kubrick »
http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/04/07/35143176.html

Hier, dans C dans l’air, une célèbre journaliste, habituée de l’émission et clairement marquée à droite pouvait, sans susciter la contradiction, ironiser sur le discours de Mélenchon à Marseille. En quelque sorte, d’après elle, en focalisant sur les dangers de guerre, Mélenchon avait fait du racolage facile, surtout en direction d’une jeunesse naïve. Car, disait-elle, qui ne veut pas la paix ? Tout le monde veut la paix…
Voire…
L’émission de ce soir a remis les montres à l’heure, sur le thème : « Trump, l’escalade guerrière ? », où les intervenants ont insisté sur la très dangereuse  hybris nationaliste étasunienne, son sentiment de toute puissance, qui, avec un président totalement imprévisible, peut aboutir à des catastrophes. Avis aux Belles Âmes et aux gouvernements qui se sont empressés d’applaudir au dernier raid américain.