Depuis la percée de J.-L. Mélenchon dans les sondages, les tirs de barrage arrivent de tous côtés, y compris aujourd’hui du Président de la République : « populisme extrémiste », « programme économique délirant », « catastrophe annoncée pour le niveau de vie ». Et l’insulte suprême : « Communiste ! ».
Diable, je ne savais pas que J.-L. Mélenchon était communiste, et je vois guère en quoi son programme rejoint, ou recoupe, celui du Parti Communiste. Il suffit de se reporter aux textes, et en particulier à ceux de la Commission économique du PCF. Mais, en l’occurrence, le Parti Communiste récolte ce qu’il a semé : faute de mieux, il a adoubé J.L.M en déclarant qu’il ferait campagne pour le candidat, tout en popularisant de son côté le projet du Parti. Le drame est que ce projet est devenu invisible, tant les projecteurs ont été braqués sur J.L.M., et tant les divisions, les hésitations, les volte-face du PCF l’ont rendu inaudible. 
Une page de plus dans la descente aux enfers d’un Parti qui fut un grand Parti, et dont on se demande si ses dirigeants actuels ne souhaitent pas acter une dissolution à l’italienne…