Après avoir scandé le slogan dans leurs meetings, un tiers des électeurs (qui se dérangent) s'apprête à voter "On est chez nous".

Vu le nombre de consommateurs de pizzas, couscous et autres nems chez ces bons Français, on comprend que leur égérie n'ait pas (encore ?) fait sienne le slogan de ses amis de la très xénophobe Ligue Nord d'Italie :   

polenta