« Notons que les « mouvements migratoires » contemporains (qui ne concernent, pour l’instant encore, qu’une infime minorité de la population des pays du « Sud ») ne sont que la simple transposition à l’échelle planétaire de cet exode rural permanent sans lequel le capitalisme cesserait bientôt de fonctionner. À cette différence près que l’ancienne monarchie anglaise (le problème était le même pour l’aristocratie esclavagiste du sud des Etats-Unis) avait dû recourir, pour obtenir un tel résultat, à la manière forte (le hard power), tandis que la société du spectacle trouve aujourd’hui dans la fascination universelle qu’exercent ses images (le soft power de la culture mainstream) le moyen de faire venir d’eux-mêmes et à leurs frais (sous les applaudissements de l’extrême gauche libérale) les esclaves salariés et les nouveaux consommateurs qui contribueront au rayonnement de sa logique impériale. »

Jean-Claude Michéa, Le complexe d’Orphée. La gauche, les gens ordinaires et la religion du progrès », Flammarion, Climats, 2011.