Capture d’écran 2017-05-11 à 16

Daumier

Laissons la politique, qui ne manque pourtant pas d’intérêt en ces temps post et pré-électoraux. Mais, promis, je garderai pour moi mes sentiments…

Parlons plutôt d’économie, et de ceux qui « y touchent », comme on dit vulgairement.

Le candidat Hollande avait eu en 2012 cette formule sacrilège : « Mon ennemi, c’est la Finance ».
Il faut lui pardonner de critiquer ainsi le fondement de notre société de marché, nous savons qu’il n’en pensait rien, qu’il ne disait cela que pour être élu, et faire justement la politique de la finance. Ou plutôt faire faire.
Car, en matière de finance, le handicap de François Hollande était patent. Cursus d’énarque, d’obligé de François Mitterrand, puis de secrétaire du PS : malgré quelques incursions journalistiques et pédagogiques sur l’économie, lors de ses jeunes années, François Hollande n’avait pas vraiment connu de l’intérieur les mécanismes de la Finance.
Rien à voir avec le candidat plébiscité par les socialistes pour cette élection de 2012, Dominique Strauss-Kahn, directeur du Fonds monétaire international (FMI), dont les péripéties new-yorkaises brisèrent l’élan. Nous aurions eu avec lui un homme vraiment en symbiose avec la Finance, et son quinquennat aurait sans doute eu moins d’hypocrisie en ce domaine que celui de son remplaçant.
Les Français avaient déjà eu un précédent de ce type avec le Président Pompidou, qui avait été directeur de la Banque Rothschild de 1956 à 1958, banque que, sous l’influence d’ignares communistes, pourfendeurs de la Finance, le gouvernement Mauroy avait nationalisée en 1982.
On sait que la famille de Rothschild réagit en 1983 en fondant la banque d'affaires Rothschild & Cie, que le jeune et brillant Emmanuel Macron intègrera en 2008 ; il en deviendra associé-gérant, avant d’être nommé secrétaire général adjoint du cabinet du président de la République en 2012, puis Ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique en 2014. On comprend mieux que François Hollande ait vite mis dans le tiroir sa formule percutante de 2012.

Sur le cursus bancaire d’Emmanuel Macron :
http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/20160830.RUE5451/au-fait-il-faisait-quoi-chez-rothschild-emmanuel-macron.html