glacier03

Avec l’égoïste repli nationaliste de Trump et le concert anti-réchauffement, où se mêlent des arguments hautement humanistes et d’autres qui le sont moins, j’ai souvent pensé aux travaux d’un ami hélas si tôt disparu, en 2007. J’avais connu Robert Vivian à l’école normale d’instituteurs d’Aix-en-Provence, où nous avons été condisciples deux années durant. La vie nous avait ensuite séparé, et nous nous sommes retrouvés à la fin des années 1990. Robert Vivian était devenu un glaciologue de réputation mondiale, et j’ai aimé l’entendre évoquer ses pérégrinations dans les montagnes de tous les continents. Il mettait en garde contre l’utilisation idéologique abusive de la glaciologie et des variations glaciaires. Sans nier l’impact des activités humaines, et la nécessité de les contrôler, il le jugeait minime au regard des vicissitudes des forces de la nature, qui ont tant de fois modifié les climats. J’aimerais beaucoup pouvoir en discuter avec lui aujourd’hui.

J’ai repris pour le plaisir le magnifique ouvrage qu’il m’avait offert : Des Glacières du Faucigny aux Glaciers du Mont-Blanc, Éditions La Fontaine de Siloé, 2001.

 

glacier04