09 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XI

suite de : http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/08/35449148.html   Cette aisance dans le voyage m’émerveillait, moi qui avais tant donné aux cahots de diligences. Nous passions des collines arides, des solitudes d'oliviers en bord d’un rivage gris, puis une plaine caillouteuse qui progressivement a verdi et nous a absorbés. Pas plus que sur les grands plans d’Algérie, je ne me sentais chez moi dans ces horizons trop larges, j’avais grandi entouré de collines et de montagnes, et la présence de sommets me rassure... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]