14 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XVI

suite de :http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/13/35449170.html   Le jour m’a réveillé, et les mulots qui couraient sous les tuiles. J’ai mangé ce qui restait de la charcuterie. Il faisait un clair soleil sur la vallée et le Vercors lointain. Et j’ai attendu en respirant le parfum des foins.  Je les ai entendus bien avant de les voir. Ils avaient entonné Le chant des instituteurs démocrates :   Des Loyola nous déclarent la guerre, Nous les vaincrons, sans sabres, sans fusils, Et nous disons au... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 03:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]