16 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XVIII

suite de :http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/15/35449177.html   Au matin, j'ai ouvert la fenêtre sur la cour, son odeur rassurante de fumier et de cuisine. Roquille avait laissé de l'eau dans le broc. J’ai rempli la cuvette, je me suis rasé. J'aimais ce rasoir, un cadeau de mon père pour ma première barbe. Mais je ne savais plus quel Rambaud le miroir terni reflétait. J’ai remis le rasoir en poche, il ne me quittait jamais, faute de poignard.  J’aurais dû être heureux. J’étais malgré tout arrivé à Lyon,... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]