Il est si loin le temps où, lors des retrouvailles familiales ou amicales post-estivales, il fallait assumer la cérémonie des diapos de vacances, souvent sympathiques, mais disons-le aussi, souvent barbantes…
Les temps ont changé, et nous pouvons sans contrainte picorer sur des blogs amis photos et vidéos de vacances, qui nous font parcourir la France et le monde, si nous en avons envie.
Désolé, je vous le répète, de ne pouvoir vous fournier en souvenirs de ce type, car je n’ai pas bougé de la localité où j’habite.

 

vue-aerienne-toulon

 

 

toulon4-e1484751611853

Mais néanmoins je m’y suis promené dans le temps. Ainsi avec ce tableau (1756) du peintre officiel des Ports de France, Joseph Vernet. Le port, avec son alignement de hautes façades (mises à bas par les bombardements américains et les destructions nazies), l’Arsenal, toujours en arrière plan, avec ses hauts navires de guerre, et plus haut les reliefs alors complètement dénudéés. Et devant nous, sur ce qui est aujourd’hui un parking précédant le départ des ferries pour la Corse, une activité commerciale maritime bien oubliée, avec ses négociants, ses navigateurs dans les divers costumes méditerranéens, son navire de commerce battant pavillon hollandais, et aussi ses ouvriers, ses portefaix, ses calfats… et ses bagnards en blouse rouge.

 

vernet_toulon_1002

 

Et je pouvais aussi imaginer ce qu’était le paysage du quartier hérissé de bâtiments et de tours où j’habite, avec cette superbe vue de bastide, du même auteur : " Vue de la Ville et de la Rade, effet de matin. Cette vue est prise d’une maison de campagne à mi-côté de la montagne qui est derrière la ville. On y représente les amusements des habitants et la voiture dont ils se servent pour aller aux maisons de campagne qu’on nomme bastides ». (Livret du Salon de 1757.)"

 

A0641

 

Il est temps maintenant de clore cette série de billets sur mes lectures, mes films estivaux… et mes voyages d’été. À bientôt peut-être pour de nouvelles retrouvailles blogueuses, automnales désormais…