Vous avez peut-être été, comme moi, à la fois amusé et irrité par l’arrogance (inconsciente ?) de quelques éditorialistes télé en vogue. Je ne parle pas des petites mains de la propagande voilée - (il faut bien vivre, et quand on a une place, on tient à la garder en sachant dire ce qu’il faut dire)-, mais je parle de quelques Augures faiseurs d’opinion, forts de leur culture, de leur entregent, de leur proximité avec les décideurs. Ils surfent sur l’actualité pour indiquer à qui de droit ce qu’il convient de faire, ou ce que l’on ne fait pas assez. Ils sont toujours sur les mêmes rails, ceux du « libéralisme » tempéré, TINA, There is no Alternative, évidemment. Ils ne manquent pas d’assaisonner leur propos d’une pincée d’excommunication des méchants populistes.
Bref, ils sont en quelque sorte les maîtres d’école de nos politiques. L’un d’eux va même jusqu’à les noter quotidiennement, de 0 à 20.
À se demander s’il ne vaudrait pas mieux se passer d’élections, et les introniser en guides de la Nation.

Mais, me direz-vous, quels rapports avec les blogueurs ?
Je dis bien blogueurs, et non intervenants compulsifs des réseaux sociaux, où abondent les trolls d’autant plus agressifs, vulgaires et insupportables, qu’ils agissent sous le couvert de l’anonymat.
Non, je parle du bon vieux blogueur à la papa, suffisamment avancé en âge pour ne pas se frotter aux nouveautés de la présumée communication. Attention, je ne dis pas du mal du bon vieux blogueur, parce que j’en suis un. Je constate seulement que notre (ma) ressemblance avec les éditorialistes que j’allumais quelque peu ci-dessus procède de l’hyper abondance des informations et de la solitude face à l’écran. Le risque, je le sens constamment, est que cette facilité et cette abondance peuvent, j’en ai pleinement conscience, de nous permettre, d’un coup de râteau Wikipedia, d’aborder n’importe quel sujet d’actualité ou du passé, et, partant, selon nos goûts et opinions, de nous transformer en juges suprêmes ; ou encore dans la griserie des « recherches » Google, de nous amener à présenter en découverte absolue ce qui depuis longtemps est connu des spécialistes……
Mais bon, ainsi vont les blogs, dont le mien : tant qu’ils ne font de mal à personne, laissons-les continuer. D’autant qu’ils peuvent quand même, au-delà de ce narcissisme et de cette naïveté, apporter des infos et des réflexions utiles, qui ne sont pas des redites ou des copiés-collés.

Tiens, à propos de mon blog, je rappelle aux éventuels commentateurs que je ne prends jamais en compte des mails anonymes. Je ne publie que les commentaires dont les auteurs s’identifient, en respectant bien sûr dans la publication le prénom ou le surnom s’ils souhaitent s’en tenir là.