1958

28 septembre 1958, référendum sur le projet de nouvelle Constitution gaulliste. C’est mon premier vote (il fallait alors avoir 21 ans pour être électeur). J’ai voté NON à l’appel du PCF, auquel s’étaient joints quelques socialistes et radicaux dissidents, ainsi que l’UDSR de Mitterrand. Toutes les autres formations politiques avaient appelé à voter OUI.
Alors que le PCF avait obtenu 25,89% aux élections législatives de 1956, le NON n’obtient que 17,40 %.
Je ressens un sentiment de grande solitude, de distorsion par rapport à l’opinion nationale, et, en ce qui concerne la formation qui m’était chère,  la tristesse du commencement du déclin.

1969

Après la démission surprise du président de Gaulle, le premier tour des élections présidentielles a lieu le 1er juin 1969. Deux candidats sont favoris : le gaulliste Pompidou et le centriste Poher. Alors que le candidat socialiste s’effondre avec 5, 01 %, le candidat communiste, Jacques Duclos, obtient un score en léger progrès : 21,27 % (alors que le PCF recueillait 20 % aux législatives de 1968). Un an après la secousse de 1968, Pompidou recueille 44,47 % et Poher 23,31 %. Le pays vote à droite.
La petite progression communiste n’était qu’un chant du cygne. Le PCF trouve toujours ses gros bataillons d’électeurs dans les bastions de la vieille classe ouvrière et dans les vieilles terres rouges paysannes du pourtour du Massif central. Mais, une fois le lucide Waldeck Rochet écarté, il n’était pas à même de prendre la mesure des mutations sociologiques et de la nouvelle donne internationale.
À nouveau un sentiment de grande solitude, et d’un pas suspendu devant le déclin annoncé…

2017

Au premier tour de l’élection présidentielle (23 avril 2017), le PCF n’a pas de candidat. Faute de mieux, j’ai voté Mélenchon, qui se voit déjà au second tour. Las, il n’obtient que 19,56%, et ce score que, malgré tout, il présente comme une victoire n’est que la perpétuation de l’éternel score protestataire. Mais avec un contenu clairement différent cette fois. Ma solitude est d’autant plus grande que je ne me retrouve pas vraiment dedans ce contenu, je m'en suis souvent expliqué…