Capture d’écran 2018-02-13 à 13

L’Italie votera en mars.

Le Parti Démocrate au pouvoir est en mauvaise posture, plombe qu’il est par sa gestion néo-libérale d’un Renzi, mélange de Valls et de Macron... Ce qui ne serait pas une mauvaise nouvelle, s’il y avait une relève.

Or, si j’en excepte de sympathiques mais bien minoritaires candidatures de renouveau à gauche,  les postulants sérieux à la relève sont d’une part le mouvement « dégagiste » Cinq Étoiles, démagogue et fourre tout, et de l'autre une droite offensive sous l’égide de l’insubmersible Berlusconi. Le tout sur un fond de montée violente du néo-fascisme et du racisme anti immigrés.