Histoire-critique-du-marxisme

J’extrais ces quelques lignes de l’ouvrage du regretté philosophe italien Constanzo Preve, Histoire critique du marxisme, Armand Colin, 2011 :

« Le « conditionnement scientifique », en d’autres mots, ne peut avoir la même nature qu’un conditionnement idéologique. Ce dernier se prête à toutes les mystifications et à toutes les saloperies des groupes « conditionnants » […] Le conditionnement scientifique, au contraire, dépend de la « résistance de la nature » à se laisser manipuler au-delà d’un certain point. Sans cette résistance, nous aurions déjà des pilules d’immortalité pour les classes dominantes, et des programmes génétiques d’obsolescence pour les classes dominées dont l’on programmerait la mort pour la fin de leur période de travail, de manière à économiser les pensions et les coûteuses cures médicales des plus âgés afin de mieux investir les sommes épargnées dans de tourbillonnants flux financiers. Quiconque croit vraiment que les classes dominantes renonceraient à cela pour des raisons « morales » est vraiment hors de toute connaissance historique et philosophique de la société. »