13 janvier 2018

Borges, Ficciones...

  Je me plonge de temps en temps avec délice dans les vertigineuses Ficciones de Jorge Luis Borges, telles que me les proposent un petit livre acheté en Espagne en 1974 (l’édition argentine originale est de 1956). Une des clés de l’ouvrage est sans doute celle-ci :« Ho conocido lo que ignoran los griegos : le incertidumbre » (« La loteria en Babilonia »).Oui, comme le protagoniste de la nouvelle, il a connu ce qu’ignorent les Grecs, initiateurs de la claire vision des choses ; il a connu... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 01:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 septembre 2017

La vida es una milonga. « La Cumparsita », malgré Borges

J’assure ma ringardise, j’aime le tango. Et qui dit tango dit naturellement le plus connu, peut-être le plus sensuel, le plus envoûtant et le plus magique, la Cumparsita [1], dont la musique traditionnellement clôt les milongas, les fameuses soirées tango.Cette Cumparsita dont l’illustre argentin Jorge Luis Borges a écrit dans un de ses minicontes [2] :« Un acordeón vecino despachaba infinitamente la Cumparsita, esa pamplina consternada que les gusta a muchas personas, porque les mintieron que es vieja… »« Un accordéon... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 05:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 septembre 2017

Historia del Miedo

  Vu l’étrange film expérimental d’un jeune cinéaste argentin, Benjamín Naishat, Historia del Miedo (Histoire de la peur), 2014. Dans la touffeur d’une journée et d’une nuit d’été, des pannes de courant à répétition mettent à rude épreuve les habitants d’un parc-lotissement cossu et protégé, qui voisine avec un immense quartier défavorisé, dans la banlieue de Buenos Aires. Contrairement au titre, il n’y a pas d’histoire dans cette lente succession de séquences, (où le son importe autant, sinon plus que l’image). Séquences... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 00:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 août 2017

Cinéma d’été, El ciudadano ilustre

   Je poursuis le rappel de quelques voyages en chambre estivaux, cette fois en Argentine, (enfin, une certaine Argentine) avec le film de Gastón Duprat et Mariano Kohn, El ciudadano ilustre (« Citoyen d’honneur »), 2016, maintes fois primé internationalement.À première vue, il s’agit d’une narration linéaire, qui débute par la remise du Prix Nobel de littérature à un grand romancier d’origine argentine. Hautain voire sardonique, narcissique, sceptique quant au rapport de la fiction à la réalité, cynique... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
18 juin 2017

La Felipe Varela, Zamba

  Chaqueño Palavecino - La Felipe Varela   Felipe Varela viene   por los cerros de Tacuil   el valle lo espera y tiene   un corazón y un fusil   Se acercan los montoneros,   que a Salta quieren tomar   no saben que, en los senderos,   valientes sólo han de hallar.   Galopa en el horizonte,  tras muerte y polvadera  porque Felipe Varela  matando llega y se va.  Mañana del diez de Octubre,  de sangre por culpa de... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 03:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 juin 2017

Carlos Saura, Argentina

  Insomniaque invétéré, je suis tombé par hasard de zapping sur un film de Carlos Saura que propose Ciné+ à la demande, Argentina, (titre original, Zonda, folclore argentino), un voyage à travers des musiques populaires de l’Argentine, et je ne l’ai pas regretté. Je suis profondément touché par cette musique, particulièrement celle du Nord du pays. Certes, je partage les réserves et reproches que l’on peut lire dans les deux articles ci-dessous, (le second en espagnol pour les hispanophones). Mais l’interprétation musicale est... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 02:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 juin 2017

Mercedes Sosa, Cuando muere un angelito, Chacarera

FALLECE MERCEDES SOSA / CUANDO MUERE UN ANGELITO   Mercedes Sosa Cuando muere un angelito La douleur d’une mère qui vient de perdre son nouveau né, son petit ange…   Ay, ay, ay, ayayaitay...  suelta el violin su llantito  quiere ayudarme a olvidar  la muerte del angelito   Velay si era chiquitito sin un pecado solito que Tata Dios se lo ha llevao será de verlo solito    Hasta el kakuy del silencio  dolido huyó de las ramas  cuando la caja del alama  por... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 05:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 mai 2017

Los Rastros de Juan Bagual, Soledad Pastorutti - Peteco Carabajal

En attendant les élections, je ne vaticine pas, mais j’écoute de la musique (en puisant dans mon blog et dans les vastes ressources de Youtube). Ici un ancien billet sur une belle et triste chanson argentine :  Los Rastros de Juan Bagual, Soledad Pastorutti - Peteco Carabajal Los Rastros de Juan Bagual, Soledad Pastorutti - Peteco Carabajal La baguala est un genre musical nostalgique du nord-est de l’Argentine. Los rostros de Juan Bagual ("sur les pas (les traces) de Juan Bagual") est une des plus... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 02:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 octobre 2015

Atahualpa, Otra

Suite à la chanson de Yupanqui que je viens de placer, Bernard H. nous ajoute ce souvenir (cf. « commentaires ») :« Il y a une cinquantaine d’années j’avais acheté à la foire aux puces de Toulon (au temps où elle était au Champ de Mars) un 78 tours d Atahualpa Yupanqui, il y avait 2 chansons, l'une s’appelait "la pobrecita". Une merveille. Une voix étonnante de force et de conviction. » Voilà, Bernard, pour raviver votre beau souvenir : atahualpa yupanqui la pobrecita    
Posté par rmerle à 19:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
31 octobre 2015

Atahualpa Yupanqui - Preguntitas sobre Dios

D'Évreux, Michelle me signale que Philippe Meyer vient de diffuser aujourd'hui la magnifique chanson du grand Argentin.La voici (je traduis littéralement) et merci Michelle. Atahualpa Yupanqui - Preguntitas sobre Dios Petites questions sur Dieu Un día yo pregunté: Abuelo, dónde está Dios. Mi abuelo se puso triste, y nada me respondió. Un jour, j’ai demandé : « Grand-père, où est Dieu ? » Mon grand-père devint triste, et ne me répondit rien. Mi abuelo murió en los campos, sin rezo ni confesión. Y lo enterraron los... [Lire la suite]