04 mai 2017

La Règle du Jeu (suite)

  Je donne ici les recensions de deux quotidiens fort répandus, et l’on mesurera la différence d’appréhension des deux journalistes d'avec l’approche de Jean-Richard Bloch. [http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/05/02/35239144.html]La profonde critique sociale qui imprègne ce marivaudage tragique et désabusé est ici quasi complètement ignorée, et peut-être même non ressentie. Le film est vu au premier degré, positivement dans la première recension, et de façon plus mitigée, c’est le moins que l’on puisse dire, dans la... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 03:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 mai 2017

La Règle du Jeu, Jean Renoir

  encart publicitaire :     Arte a eu l’excellente idée de donner le film cultissime de Renoir, La Règle du Jeu, dans sa version rénovée. Une maîtrise technique novatrice au service d’un regard décapant sur les rapports humains dans la Haute Société de 1939 et ses domestiques. L’ouvrage est sorti le 8 juillet, quelques semaines avant le déclenchement de la guerre, sans avoir alors grand succès, et en soulevant la violente hostilité de l’extrême-droite.Comment ne pas y voir, entre autres, l’anticipation de toutes... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 15:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
16 février 2017

« Une semaine de vacances », Tavernier.

  Pour l’enseignant que j’ai été, revoir Une semaine de vacances, de Bertrand Tavernier (1980), grandement inspiré du roman de l’ex-professeur d’anglais Claude Duneton, Je suis comme une truie qui doute, a été pour moi un grand plaisir. Parce que, comme Duneton, le film nous renvoie au doute qui devrait être celui de tout enseignant (de lettres à tout le moins, parce que les maths et la physique, « c’est du solide »). À travers la semaine d’une jeune professeure de français déprimée, semaine de repliement, d’évasion... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 05:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 février 2017

De la « vérité vraie » de la Reine Margot

Je disais hier tout l’intérêt que j’ai pris à visionner ce grand film baroque La Reine Margot. D’aucuns ont cru bon de faire des réserves sur sa qualité historique. Je ne partage pas ce point de vue. Le propos de Chéreau n’était pas de faire œuvre d’historien, mais de faire œuvre de chair, de sang et de passion. Je pense que du point de vue historique Chéreau éclaire notre histoire en ciblant l’essentiel : la France déchirée, la Cour déchirée, l’épisode majeur de la Saint-Barthélémy, la fin prochaine des Valois, la violence d’un... [Lire la suite]
12 février 2017

À nouveau sur le film « La Reine Margot »

Je viens de visionner une nouvelle fois avec grand plaisir et émotion l’extraordinaire film de Patrice Chéreau (1994), extraordinaire par sa revisite somptueuse et baroque d’une époque de violence et de pulsions vitales assumées, car la vie y était courte et la mort toujours suspendue.J’en avais déjà dit mon sentiment en 1994 lors de ma découverte de la version remastérisée :« Patrice Chéreau, la Reine Margot »http://merlerene.canalblog.com/archives/2014/08/26/30449730.html Je vous y renvoie.Le film est soutenu par... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
08 février 2017

« Simon Werner a disparu », film

  Ce blog vous l'a certes fait comprendre, je suis grand amateur de films et de séries. Mais en règle générale, je me dispense de revenir ici sur des films les plus récents : vos critiques préférés vous en auront certainement informé, et sans doute les avez vous vus. Je préfère revenir sur des sorties moins récentes, qui ont pu vous échapper en leur temps. De mon active consommation Replay, je retiens donc, entre autres bons films, le très intéressant Simon Werner a disparu (2010) du jeune réalisateur Fabrice Gobert [1],... [Lire la suite]

22 janvier 2017

Deux films de Jacques Audiard

Revu deux films majeurs de Jacques Audiard, De battre mon cœur s’est arrêté, 2005, et De rouille et d’os, 2012. Qu’il s’agisse du jeune voyou de l’immobilier ou du laissé pour compte de la société, qui gagne sa vie à poings nus, voilà du grand cinéma, qui nous empoigne chaque fois dans le cheminement d’un solitaire (solitaire malgré les fil noués avec son proche environnement, ou à cause lui), un solitaire meurtri par la dure réalité de ce monde et par là même comme insensible ou méchant initialement, et qui chemine, (sans la... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 octobre 2016

La bataille de Solferino, film

  Dans la catégorie des films qui (me) font monter la tension mais qui me font plaisir, j’ai vu La bataille de Solferino, 2013, de la jeune et talentueuse scénariste-réalisatrice Justine Triet. Où comment Lætitia journaliste TV (la très convaincante Lætitia Dosch), doit à la fois gérer ses deux jeunes enfants vraiment sur les nerfs (on ne les a pas fait pleurer exprès quand même ?), son travail de reporter dans la foule qui attend le résultat du second tour des présidentielles de 2012 (une partie du film a effectivement... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 08:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 août 2016

La main qui étreint !

  Je laisse un peu tomber le burkini, si j'ose dire ; je laisse tomber la fixette de M. Valls sur le sein de Marianne, et celle de notre ex-président sur les Gaulois, vers lesquels, malgré sa révérence-référence à son grand père grec et son papa hongrois, il entend seulement se reporter. Et me voici parti (l'âge aidant), vers le terres de l'enfance... Merveille d’Internet… Je comprends enfin le sens de cette « main qui étreint », que tout jeune j’entendais souvent revenir, sans autre explication, et à diverses... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 05:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 juin 2016

Sils Maria, Olivier Assayas, 2014

  Un très très grand film, dont Annette Merle a parlé mieux que je ne saurais le faire :http://annette.merle.borgniet.over-blog.com/2016/06/sils-maria-2014-olivier-assayas.html Un mot encore seulement. Si vous voulez comprendre ce qu’être actrice veut dire, regardez Sils Maria en ayant en tête ce qu’écrivit Diderot dans son Paradoxe sur le comédien, à savoir que l’acteur véritable est celui qui peut exprimer au mieux des émotions qu’il ne ressent pas ; « Moins on sent, plus on fait sentir ».Or Sils Maria... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,