18 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XX

suite de : http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/17/35449182.html   Au réveil la paillasse était trempée, mais la fièvre était partie. Je me sentais très faible. J'ai passé ma main sur ma barbe. Elle était longue. J'ai vidé de l'eau dans la cuvette et j'ai cherché le rasoir. Roquille a haussé les épaules : - Prends le mien.  Roquille m'a dit que j'étais là depuis deux jours. Un colporteur de ses amis, qui s'y connaissait en plantes, m'avait ôté la fièvre, mais le mal était dans ma tête : - Il a dit que tu... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XIX

suite de :http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/16/35449180.html   Le lendemain je suis monté à la cure de la Croix Rousse. J’ai donné le mot et Nicod m’a reçu. J’ai sorti son livre, expliqué que, de passage à Lyon, j’avais voulu en rencontrer l'auteur. Il m’a remercié et l’a dédicacé. Puis j’ai ouvert le médaillon au daguerréotype : - Voilà qui m’a fait vous connaître... Alors il m'a embrassé : - Ainsi vous connaissez Reine... Il y en a tant comme elle qui se sont perdues, après que le peuple aveuglé ait dispersé... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XVIII

suite de :http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/15/35449177.html   Au matin, j'ai ouvert la fenêtre sur la cour, son odeur rassurante de fumier et de cuisine. Roquille avait laissé de l'eau dans le broc. J’ai rempli la cuvette, je me suis rasé. J'aimais ce rasoir, un cadeau de mon père pour ma première barbe. Mais je ne savais plus quel Rambaud le miroir terni reflétait. J’ai remis le rasoir en poche, il ne me quittait jamais, faute de poignard.  J’aurais dû être heureux. J’étais malgré tout arrivé à Lyon,... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XVII

suite de :http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/14/35449173.html   J’avais la matinée devant moi avant de prendre le bateau, j’ai cherché un cabinet de lecture : le Journal de Drôme et d'Ardèche dénonçait le péril rouge, dont les événements récents de Cliouscat montraient l’ampleur. J’avais du mal à me sentir impliqué, non que la Cause me devienne indifférente, mais la nouveauté des hommes et des lieux, la double méprise sur Rambaud, la rupture des fils de la mission, tout concourrait à me faire éprouver une sorte de... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 05:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XVI

suite de :http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/13/35449170.html   Le jour m’a réveillé, et les mulots qui couraient sous les tuiles. J’ai mangé ce qui restait de la charcuterie. Il faisait un clair soleil sur la vallée et le Vercors lointain. Et j’ai attendu en respirant le parfum des foins.  Je les ai entendus bien avant de les voir. Ils avaient entonné Le chant des instituteurs démocrates :   Des Loyola nous déclarent la guerre, Nous les vaincrons, sans sabres, sans fusils, Et nous disons au... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 03:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XV

suite de :http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/12/35449164.html   Au matin, nous avons chevauché dans la fraîcheur. Des soldats battaient les oseraies du bord du Rhône. Le Frère pensait qu'on ne retrouverait pas les fugitifs, s'ils avaient gagné l’autre rive : l’Ardèche ne dépend pas de la division militaire de Lyon : de ce fait elle échappait à l'état de siège, et Marianne y était forte...  Nous avons contourné Privas, toute catholique depuis que le pouvoir en a banni les Huguenots. Une fois dans la vallée des... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XIV

suite de :http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/11/35449160.html   En fin d'après-midi, je suis descendu dans un petit port, côté Vivarais. De la rambarde, Esméralda m'a salué. Je n’ai pas vu l'Énigmatique.  J'ai pris le bac, puis une voiture pour Loriol, d’où un frère cafetier devait me conduire au château de Saint-Prix. Il faisait chaud et doux dans la plaine.    À Loriol, les femmes avaient tiré les chaises devant la porte. Les enfants jouaient dans la rue calme, mais il y avait aussi un piquet de... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XIII

Suite de :http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/07/05/35449157.html     Un départ est toujours une promesse. Le soleil montait sur les dures murailles de jadis, sur les roches blanches et les cyprès, les peupleraies et les prairies des îles.    Ainsi j’allais à mon tour parcourir l'itinéraire dont Laponneraye m'avait souvent parlé, celui de sa grande tournée de missionnaire militant. C’était à moi maintenant d’assumer ces épreuves. Des jeunes en goguette, des négociants, des familles effarées de voir... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XII

suite de :http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/09/35449150.html   Au matin, il faisait très beau. Nous avons roulé par une plate campagne grasse. Au sud, l’horizon était tranché d'une crête nette, grise et bleue. Notre petite Vendée, me dit Fabre. Il en voulait à un pamphlétaire provençal qui chauffait les paysans avec ses pamphlets royalistes : - Ce Roumanille fait mal, parce qu'il a du talent. J’aurais préféré qu'il reste à guerroyer contre l’orthographe provençale de ton compatriote Honnorat, d’autant qu’en... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XI

suite de : http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/08/35449148.html   Cette aisance dans le voyage m’émerveillait, moi qui avais tant donné aux cahots de diligences. Nous passions des collines arides, des solitudes d'oliviers en bord d’un rivage gris, puis une plaine caillouteuse qui progressivement a verdi et nous a absorbés. Pas plus que sur les grands plans d’Algérie, je ne me sentais chez moi dans ces horizons trop larges, j’avais grandi entouré de collines et de montagnes, et la présence de sommets me rassure... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]