13 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XV

suite de :http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/12/35449164.html   Au matin, nous avons chevauché dans la fraîcheur. Des soldats battaient les oseraies du bord du Rhône. Le Frère pensait qu'on ne retrouverait pas les fugitifs, s'ils avaient gagné l’autre rive : l’Ardèche ne dépend pas de la division militaire de Lyon : de ce fait elle échappait à l'état de siège, et Marianne y était forte...  Nous avons contourné Privas, toute catholique depuis que le pouvoir en a banni les Huguenots. Une fois dans la vallée des... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XIV

suite de :http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/11/35449160.html   En fin d'après-midi, je suis descendu dans un petit port, côté Vivarais. De la rambarde, Esméralda m'a salué. Je n’ai pas vu l'Énigmatique.  J'ai pris le bac, puis une voiture pour Loriol, d’où un frère cafetier devait me conduire au château de Saint-Prix. Il faisait chaud et doux dans la plaine.    À Loriol, les femmes avaient tiré les chaises devant la porte. Les enfants jouaient dans la rue calme, mais il y avait aussi un piquet de... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XIII

Suite de :http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/07/05/35449157.html     Un départ est toujours une promesse. Le soleil montait sur les dures murailles de jadis, sur les roches blanches et les cyprès, les peupleraies et les prairies des îles.    Ainsi j’allais à mon tour parcourir l'itinéraire dont Laponneraye m'avait souvent parlé, celui de sa grande tournée de missionnaire militant. C’était à moi maintenant d’assumer ces épreuves. Des jeunes en goguette, des négociants, des familles effarées de voir... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XII

suite de :http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/09/35449150.html   Au matin, il faisait très beau. Nous avons roulé par une plate campagne grasse. Au sud, l’horizon était tranché d'une crête nette, grise et bleue. Notre petite Vendée, me dit Fabre. Il en voulait à un pamphlétaire provençal qui chauffait les paysans avec ses pamphlets royalistes : - Ce Roumanille fait mal, parce qu'il a du talent. J’aurais préféré qu'il reste à guerroyer contre l’orthographe provençale de ton compatriote Honnorat, d’autant qu’en... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XI

suite de : http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/08/35449148.html   Cette aisance dans le voyage m’émerveillait, moi qui avais tant donné aux cahots de diligences. Nous passions des collines arides, des solitudes d'oliviers en bord d’un rivage gris, puis une plaine caillouteuse qui progressivement a verdi et nous a absorbés. Pas plus que sur les grands plans d’Algérie, je ne me sentais chez moi dans ces horizons trop larges, j’avais grandi entouré de collines et de montagnes, et la présence de sommets me rassure... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - X

suite de :http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/07/35449143.html   Une fois de plus, je n'ai pas aimé la route de Marseille, ses murailles de rochers gris, les interminables lacets dans les pins, la gaieté brutale des conducteurs. J’ai respiré en redescendant sur la plaine étroite entre les collines pelées, et j’ai retrouvé les cheminées des tuileries, la longue approche de la ville par cet alignement de jardins, de maisons grises et d'auberges. J'aurais dû chercher un hôtel, m’enfermer jusqu'au lendemain. Au lieu... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - IX

suite de : http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/06/35449141.html   Je suis parti le lendemain par les solitudes du Sud, chênes bas et pins, terres de charbonniers, hier encore de brigands.  À Brignoles, pas question cette fois de boire sous le grand ormeau de la place, de saluer Frères et Amis. J'ai pris une chambre à l'entrée de la ville basse. Dans la cour de l’auberge, un chanteur ambulant marseillais amusait son public. Il mêlait français et provençal dans des couplets égrillards ou politiques. J'ai... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - VIII

suite de : http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/05/35449134.html   Je suis arrivé dans les Basses-Alpes début mars 1849.  Je suis entré à Manosque par la grande porte, marquée de l’emblème aux quatre mains ouvertes, et j'ai remonté la rue longue jusqu'à la petite place de la mairie. Il faisait encore terriblement froid. Le maire rouge m’a reçu :  - Tu travailleras chez Maurel, l'assureur, comme démarcheur. La couverture est bonne pour battre la campagne. Attention, Maurel nous aide seulement parce... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - VII

suite de :  http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/04/35449132.html     En arrivant d'Algérie à Marseille j'étais donc républicain, mais bien ignorant de la République. Et mes soucis étaient ailleurs. Je n'osais remonter dans les Basses-Alpes, de peur d'y être reconnu. J'ai marché sur les quais, dans les ruelles suintantes de la ville vieille, dans les droites rues bourgeoises de l'Agrandissement. Un crocheteur m'indiqua où dormir à bon marché, rue de l'Echelle, aux Grands Carmes, une vieille rue pentue... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - VI

suite de : http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/03/35449123.html     Enfant, je n'avais jamais vraiment entendu parler politique.  Et il me paraissait naturel qu'il y ait un roi. On laissait bien quelques anciens, dont mon grand-père Xavier, raconter leurs campagnes de la Révolution : Xavier s'était engagé en 1792. Il évoquait aussi parfois son père, qui avait animé la société populaire jacobine du village, bien plus dure que celle de Digne, ce qui lui avait attiré par la suite bien des ennuis.  ... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]