08 décembre 2017

1993, série

   On peut voir actuellement sur OCS séries la nouvelle série italienne 1993 (sortie en 2017), suite de 1992 (sortie en 2015). J’avais beaucoup aimé 1992 : dix intenses épisodes où les destins entremêlés de cinq personnages principaux [1], et de beaucoup d’autres, nous plongeaient dans ces quelques mois de 1992 qui, de Milan à Rome, virent la classe politique italienne corrompue s’effondrer dans la scandale Tangentopoli, quelques mois qui ouvrirent la voie du pouvoir (et de la salvation du système) à un aventurier... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 septembre 2017

Documentaire d'été - Roberto Rossellini, Benito Mussolini

  On le sait, ou on ne le sait pas, le grand Rossellini, le fondateur du néoréalisme italien avec deux terribles constats sur la situation italienne lors de la chute du fascisme, Roma città aperta [1945] et Paisà [1946], fit ses premières armes cinématographiques au service de la propagande belliciste du régime fasciste, le seul qu’il ait connu dès sa jeunesse (il était né en 1906). Un régime auquel sa riche famille bourgeoise romaine adhérait pleinement. J’ai revu cet été sur Rai storia le Benito Mussolini [1962] de... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 17:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 septembre 2017

Cinéma d'été - Marco Bellocchio

Encore un écho de mes voyages en chambre estivaux : un détour par l’Italie cette fois, avec Marco Bellocchio. J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer Bellocchio sur ce blog, en proposant une scène de Buongiorno, notte, (2003).http://merlerene.canalblog.com/archives/2014/11/21/30618817.htmlJ’ai toujours suivi le parcours de ce réalisateur, né en 1939. Il est de trois ans mon cadet, son chemin est donc celui de l’expérience, des découvertes et des déconvenues de notre génération…J’ai eu cet été la chance de revoir et voir d’affilée deux... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 mars 2017

Bella e perduta, film.

« Oh mia patria si bella e perduta ! / Oh membranza si cara e fatal ! » [Oh ma patrie si belle et si perdue ! / Oh souvenir si cher et si funeste !] Va pensiero - Nabucco (Verdi). Chœur des Hébreux prisonniers à Babylone Bella e perduta, Pietro Marcello, Maurizio Braucci, 2015, Je viens de voir sur OCS un film très beau, et très émouvant, sorti en France l’an dernier, mais peu diffusé. Ne le ratez pas si l’occasion s’en présente.J’avoue avoir quelque peu hésité devant la présentation lapidaire,... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 06:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 mars 2017

Prima della Rivoluzione

  Revu récemment avec grand plaisir le très beau Prima della Rivoluzione, (« Avant la Révolution »), 1964, le film d’un tout jeune cinéaste, Bernardo Bertolucci (né en 1941). Passé un peu inaperçu du grand public lors de sa sortie en France début 1968, il figura pourtant cette même année dans le Top 10 des Cahiers du Cinéma. En messager prémonitoire de ce qui allait advenir en mai, le film, magnifiquement tourné en noir et blanc (ah, la scène finale de l’Opéra), dresse un constat résigné de l’inanité de la posture... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 12:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 octobre 2016

Scola, « Nous nous sommes tant aimés »

Cf. sur ce blog : « Scola » - http://merlerene.canalblog.com/archives/2014/10/31/30859970.html« La mort de Scola et la politique » http://merlerene.canalblog.com/archives/2016/01/24/33256417.html Je viens de revisiter d’un coup la célèbre trilogie de Scola, Nous nous sommes tant aimés (1974), La terrasse (1980), La famille (1986). Merci « Vidéo à la demande » !Je m’en tiendrai ici à parler du premier, proposé dans sa version mastérisée de 2004.On connaît le thème :... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 septembre 2016

Les opportunistes, film

  Mon point de vue sur les films n’a vraiment pas beaucoup d’importance, et je me garde de vous infliger à répétition les réactions du cinéphile et vidéophile assidu que je suis. Seulement, de temps en temps, je signale le plaisir que j’ai eu  l’occasion d’un visionnage d’un film, dont je ne voudrais pas qu’il demeure inconnu à des lecteurs de ce blog. Je veux donc évoquer ici le film italien Les opportunistes, arrivé sur nos écrans l’an dernier, et sorti en Italie en 2014 sous le titre Il capitale umano, (je préfère le... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 juin 2016

Le Conformiste - Bertolucci

  Ciné classique nous offre des perles dont certaines ont été, à tort, quelque peu oubliées. Ainsi du Conformiste réalisé en 1970 le jeune Bernardo Bertolucci (29 ans alors) à partir du roman de Moravia (1951), dont il modifie la fin.Et quel casting ! Jean-Louis Trintignant, Stefania Sandrelli et Dominique Sanda… Le Conformiste est une œuvre magnifique et glaçante qui, moins de 25 ans après la chute du fascisme, replonge le spectateur dans l’atmosphère de ce régime qui s’imposa certes au peuple italien, mais dont on ne... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 juin 2016

Leopardi, Il giovane favoloso - film

Décidément, le cinéma italien me comble d’heureuses surprises.Je viens de visionner Il giovane favoloso, de Mario Martone (2014), consacré à un des plus grands poètes italiens du XIXe, sinon le plus grand, Giacomo Leopardi (1798-1837).Il ne s’agit en rien d’un biopic documentaire, d’une reconstitution romancée ou d’un pavé didactique. Martone nous propose en fait, à travers quatre périodes de la vie de Leopardo, une réflexion profonde sur la création artistique, son rapport à la réalité, (celle de la nature humaine et celle de son... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 mai 2016

Revoir Habemus Papam

Ainsi Arte nous a donné le grand plaisir de revoir Habemus Papam, que mon ami Jean-Paul Damaggio a salué par deux articles stimulants :http://viedelabrochure.canalblog.com/archives/2016/05/11/33798174.htmlhttp://viedelabrochure.canalblog.com/archives/2016/05/12/33803048.html Film plastiquement magnifique que j’ai visionné hier soir en replay.J’ai une fois de plus admiré la façon dont Moretti révèle la fragilité inhérente à tout pouvoir, dont la théâtralité (liturgique en l’occurrence, mais propre à toute institution... [Lire la suite]