08 septembre 2016

Tarantella

  ROMANO ZANOTTI LA TARANTELLA (1850)  
Posté par rmerle à 04:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mai 2016

Grossi lu par Stendhal

  En 1817, Stendhal écrivait dans Rome, Naples et Florence :« M. Tommaso Grossi est un pauvre clerc de procureur. [il était aussi avocat] Le seul désavantage de ce grand poète, c'est que la langue dont il se sert n'est pas comprise à dix lieues de Milan ; et qu'à Paris, Londres, Philadelphie, on ignore jusqu'à l'existence de cette langue. Tant pis pour les habitants de Londres et de Philadelphie ; mais qu'est-ce que leur ignorance fait à mon plaisir ? »Stendhal avait aussi signalé (cf. l’article précédent... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 mai 2016

Porta lu par Stendhal

  Porta cf. "Carlo Porta, Milan (et Stendhal)"http://merlerene.canalblog.com/archives/2016/05/16/33805658.html     Stendhal aime Porta pour son naturel et sa liberté de ton. Porta n’a que faire des grâces académiques, il ne philosophe pas, il montre.C’est essentiellement dans son Rome, Naples et Florence (1817) que Stendhal parle de Porta, Il traite donc à la fois des publications de la période de domination française, initiées en 1811, et celles du retour de la domination autrichienne, 1814-1817. Et bien... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 mai 2016

Carlo Porta, Milan (et Stendhal)

  Toujours dans le « rangement», souvent évoqué, de ma bibliothèque, j’ai réouvert ces jours-ci Porta, Poesie con testo a fronte, publié en 1975 (réed.1980) par l’éditeur milanais Garzanti, à l’occasion du second centenaire du grand poète dialectal milanais Carlo Porta [1775-1821]. L’édition est bilingue : les textes en milanais de Porta, et leur traduction en italien (qui n’est pas le fait de Porta).Lecture qui ne peut que rejoindre la nostalgie, si présente dans ce blog, et encore plus dans mon blog linguistique,... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 avril 2016

«Tu chi si', strunz'?»

  J’ai eu encore là du retard à l’allumage, mais je me suis décidé à visionner le dernier James Bond, Spectre, qui ma foi, se laisse regarder, mais n’a pas, à mon avis la force et la profondeur humaine du précédent. Ceci dit, ne boudons pas le plaisir des amateurs de BD.Mais mon propos est ailleurs. C’est la jubilation d’avoir entendu, au début du film, l’impressionnant Lorenzo (l’acteur napolitain Pepe Lanzetta), homme de main du sinistre Franz Oberhauser, bloquer James Bond en lui disant en bon dialecte... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 05:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 janvier 2015

Pasolini et nous : l'adieu à la langue du cœur ?

Né en 1922, Pasolini, comme l'immense majorité des Italiens de sa génération, est bilingue : des Alpes frioulanes à la Sicile, dans un kaléidoscope fascinant, les multiples rejetons du latin coexistent avec l'italien officiel, ni plus ni moins rejeton qu'eux. Les dialectes sont dans toutes les bouches, sans pour autant susciter (sauf rares exceptions) des pulsions politiquement autonomistes. Et cette réalité, bien qu'en mutation, est loin d'être éteinte aujourd'hui. Pasolini commence à écrire en frioulan en 1944, et s'il adhère... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 09:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 décembre 2014

Pasolini, Zavattini et le dialecte

On connaît le grand intérêt de Pasolini, lui-même poète dialectal (frioulan) pour les parlers populaires d’Italie. Voici un commentaire précieux qu’il proposa à l’occasion de la publication d’un de ses camarades communistes (et compagnon de l’aventure cinématographique), Cesare Zavattini.Pier Paolo Pasolini, « Stricarm’in d’na parola », Descrizioni di descrizionni, Einaudi, 1978. En préface de Cesare Zavattini, Poesie, Tascabili Bompiani, 1985.Je donne d’abord le texte italien, puis ma traduction (les spécialistes... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 03:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
18 décembre 2014

Cesare Zavattini, "Basta !"

Cesare Zavattini, Poesie, Stricarm’in d’na parola*, edizione Vanni Scheiwiller, 1973, Tascabili Bompiani, 1985, Tascabili poesia Bompiani, 2006. Le scénariste néo-réaliste Cesare Zavattini, (1902-1989), mondialement connu, a écrit ce recueil dans son parler natal de Reggio d’Emilie. * en italien : « Stringermi in una parola »    Vous avez pu déjà lire sur ce blog quelques vers tirés de Poesie. En voici un autre bref et magnifique poème, que je traduis littéralement :   ... [Lire la suite]
09 décembre 2014

Le Chant des Sanfédistes – Il canto dei Sanfedisti.

"Il Canto Dei Sanfedisti " (A Brigà) - Mezzo Voce 2010 http://youtu.be/YT1KxB3XQok Dans ses écrits sur la poésie dialectale italienne, Pasolini évoque souvent la tunique de Nessus « sanfédiste » attachée au dialecte.Voyons cela de plus près, dans la contradiction (dialectique) entre une idéologie qui est à l’opposé de la mienne, et la beauté de sa proclamation, dans cette superbe chanson inspirée ironiquement de la Carmagnole des « envahisseurs » français.On connaît l’importance des insurrections populaires du... [Lire la suite]
19 août 2014

Mort d'Arié - Cesare Zavattini

Je redonne ici un poème de Cesare Zavattini (1902-1989), scénariste, écrivain, journaliste…, que j'avais publié en 2010, poème que j'aime beaucoup et qu'il n'est pas inutile de rappeler dans le contexte italien actuel.  Le célèbre scénariste néo-réaliste italien évoque ici un souvenir de ses vingt ans (1922, Mussolini accède au pouvoir) : la mort du prolétaire* Arié, un anarchiste « bon comme le pain », qui se cachait dans les bois pour échapper à la terreur fasciste. Se risquant au pays pour embrasser sa mère, il... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 08:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,