08 mai 2016

"Pauvre Rutebeuf"

Pauvre Rutebeuf : Joan Baez Rutebeuf (vers 1230 - vers 1285) mis en musique par Léo Ferré... De toutes les interprétations, celle de Joan Baez est peut-être celle qui m'émeut le plus.Ferré a utilisé et adapté en français moderne des passages de trois poèmes de Rutebeuf : « La complainte Rutebeuf », « La Griesche d'Yver », « Le Mariage Rutebeuf ». ("la griesche" : la pie. Mais aussi un jeu de dés, et la déveine au jeu, le malheur. C'est ce dernier sens qui donne les deux titres).Vous... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 12:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 septembre 2015

Mon cuer, estouppe tes oreilles

  Mon cuer, estouppe tes oreilles Pour le vent de merencolie ! S'il y entre, ne doubte mye, Il est dangereux a merveilles.Soit que tu dormes ou tu veilles, Fais ainsi que dy, je t'en prie ; Mon cuer, estouppe tes oreilles Pour le vent de merencolie !Il cause doleurs nompareilles Dont s'engendre la maladie Qui n'est pas de legier guerie. Croy moy, s'a Raison te conseilles, Mon cuer, estouppe tes oreilles ! Charles d'Orléans, 1394 -1465
Posté par rmerle à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 avril 2015

Lire et traduire la Chanson de Roland

  De la difficulté de lire la Chanson de Roland ? Voici, par exemple, une des plus célèbres laisses (LXVI), donnée d'après le manuscrit d'Oxford. Je place ci-dessous la traduction de Joseph Bédier, qui vise à restituer le sens, mais pas le rythme de ces vers psalmodiés ou chantés. Et au-dessous, une traduction anglaise contemporaine qui veut restituer le rythme incantatoire et les assonances de ces décasyllabes. J'ajoute qu'en lisant à haute voix, en prononçant "à l'occitane", je m'y retrouve sacrément bien en rythme (sans... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 avril 2015

La Chanson de Roland et Pierre Le Gentil

Comme en réponse à Brunetière, le texte de Joseph Bédier donné avant-hier focalisait sur la langue de la Chanson de Roland. L'extrait suivant de l'ouvrage de Pierre Le Gentil, La Chanson de Roland, Paris, Hatier-Boivin, 1955, (réed. Hatier 1967) focalise lui sur la qualité littéraire totale de l'œuvre. Dans une synthèse très convaincante, Pierre Le Gentil (qui fut un de mes professeurs) a repris les diverses théories sur l'origine de la Chanson.  " Le poète inconnu n'est pas de ceux qui aiment à exposer leurs... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 avril 2015

La Chanson de Roland - Joseph Bédier

La Chanson de Roland, manuscrit d'Oxford, page 1.   Joseph Bédier [1864-1938] n'était pas de la génération de Brunetière [1849-1938], dont il fut l'admirateur dévoué. Mais, dès ses premiers travaux, son approche du Moyen-Âge, de sa langue et de sa littérature, fut différente de celle du maître.Et nonobstant son admiration pour Brunetière, Bédier affirmera avec force par la suite un point de vue opposé. Il fut de ceux, et peut-être le premier d'entre eux, qui œuvrèrent au début du XXe siècle pour faire connaître la... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 avril 2015

Retour sur le Moyen Âge

Bon, il n’y a pas que les élections dans la vie, heureusement.Je retourne donc vers cette littérature du Moyen Âge que j’ai évoquée à partir d’un texte, pas gentil-gentil, de Brunetière sur le français et la littérature du moyen âge.http://merlerene.canalblog.com/archives/2015/02/22/31522140.htmlTexte à propos duquel j’avais donné mon opinion :http://merlerene.canalblog.com/archives/2014/08/12/30486571.html On a pu lire ensuite sur le blog quelques lignes de Pierre Daix sur les chansons de... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 mars 2015

Pierre Daix sur le monde des chansons de geste.

Voici un ouvrage qui m'a marqué dans mes années d’étudiant, en cette fin des années 1950 : Pierre Daix, Naissance de la poésie française, Messidor, 1958, consacré donc à la poésie médiévale (Pierre Daix, récemment décédé, était alors rédacteur en chef des Lettres françaises, et collaborateur d'Aragon). J'en extrais ce passage qui peut me servir d’introduction à d’autres billets dédiés à l'ancien français et sa littérature. Nous sommes loin ici de Brunetière. (Cf. :... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 mars 2015

Gustave Cohen, aux origines de notre littérature médiévale

Dans son Anthologie de la littérature française du moyen-âge, (Delagrave, 1946, 1947), Gustave Cohen écrit : " Peu à peu commence à se dissiper pour nos contemporains cette nuit gothique dans laquelle, à la suite et selon l’exemple des hommes de la Renaissance, éblouis par la lumière de l’Antiquité retrouvée et ressuscités, nos faibles yeux voyaient enveloppé le Moyen-Age, gouffre sombre où grouillaient les larves immondes de l’ignorance, de la crasse et de la superstition. Aucun préjugé historique (et il y en a beaucoup) ne... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 05:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 février 2015

Brunetière et le français du moyen âge

  Oublions un peu la politique et la triste actualité.Un lecteur de l’article « À propos de l’ancien français » [http://merlerene.canalblog.com/archives/2014/08/12/30486571.html]me demande quel est l’article de Brunetière [1849-1906] auquel je n'adhérais pas. Il s’agit de la très intéressante introduction aux Études critiques sur l’histoire de la littérature française, première série, Hachette, 1880, dans laquelle le chantre du classicisme règle ses comptes avec le texte médiéval, et avec l'érudition qui l'a promu... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 août 2014

À propos de l'Ancien français

Je reviens sur l'ancien français évoqué (et mis à bas) par Brunetière (langue dans l’enfance, gauche et inapte à exprimer tout ce qu’exprimera le « vrai » français abouti du XVIIe), pour dire que si évidemment je comprends l'analyse et la démarche de Brunetière, si je prends plaisir à sa maitrise du style, je ne peux partager son point de vue. Et ce pour plusieurs raisons. D'une part, je ne peux me retrouver dans sa vision hiérarchisée des langues. Toute langue, fût-elle dédaignée comme le dernier des "patois", est, on le... [Lire la suite]