10 juin 2016

Leopardi, L'infinito

Suite à l'article précédent sur Leopardi [1798-1837], voici un de ses plus célèbres poèmes de jeunesse,  "L‘Infinito" (1819) L'Infinito (Giacomo Leopardi) voce: Vittorio Gassman   Sempre caro mi fu quest'ermo colle,E questa siepe, che da tanta parteDell'ultimo orizzonte il guardo esclude.Ma sedendo e mirando, interminatiSpazi di là da quella, e sovrumaniSilenzi, e profondissima quieteIo nel pensier mi fingo; ove per pocoIl cor non si spaura. E come il ventoOdo stormir tra queste piante, io quelloInfinito silenzio a... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 05:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 juin 2016

Front populaire ?

La vie politique française ne cesse de nous réserver des surprises. Ainsi, le gouvernement qui détricote avec constance les conquêtes sociales nées de 1936 et de 1945-1946, n’en célèbre pas moins, la main sur le cœur, le 80e anniversaire du Front populaire. Et le fin humoriste qu’est notre Ministre de l’Économie, M. Emmanuel Macron, a poussé la plaisanterie jusqu’à aller, avec le succès que l’on sait, saluer au bureau de poste de Montreuil la parution d’un timbre honorant le Front populaire. Nous ne ferons pas l’affront à ces... [Lire la suite]
08 juin 2016

Leopardi, Il giovane favoloso - film

Décidément, le cinéma italien me comble d’heureuses surprises.Je viens de visionner Il giovane favoloso, de Mario Martone (2014), consacré à un des plus grands poètes italiens du XIXe, sinon le plus grand, Giacomo Leopardi (1798-1837).Il ne s’agit en rien d’un biopic documentaire, d’une reconstitution romancée ou d’un pavé didactique. Martone nous propose en fait, à travers quatre périodes de la vie de Leopardo, une réflexion profonde sur la création artistique, son rapport à la réalité, (celle de la nature humaine et celle de son... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 juin 2016

Carmen G. Quintana

Je viens de recevoir ce message de l'ami Jacques Desmarais, de Montréal. Il se dispense de tout commentaire.  " Permettez-moi de partager avec vous ceci, qui n'est pas de l'ordre de nos discussions d'hier, mais qui n'aurait pas pu advenir ailleurs que chez Nora et Bernard. Il est des jours comme ça marqué d'une pierre blanche à la faveur de la richesse inouïe des rencontres.Je m'explique. Dans le courant des échanges lors du souper, voici que je capte au vol le nom de Carmen Quintana. C'est Éric qui en fait mention. J'apprends... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 10:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 juin 2016

Candidature Mélenchon

  Décidément, le syndrome de l’Homme providentiel au-dessus des partis est inscrit dans les gènes de la politique française, et ce n’est pas la Constitution de notre République présidentielle qui le chassera, bien au contraire.Mais s’il y avait bien un secteur de l’éventail politique où on ne se serait pas attendu à la rencontrer, c’était à « la Gauche de la Gauche »…Voilà qui est fait.Tranchant le nœud gordien des embrouillamini et autres primaires, J.L. Mélenchon, avec le talent de rhéteur tribunicien qu’on lui... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 juin 2016

Macbeth, film

  Loin des polémiques sans cesse renouvelées (et tout récemment encore) sur l’identité de l’auteur des pièces de Shakespeare, j’ai visionné (merci Pluzz) le Macbeth de Justin Kurzel, qui fit un tabac à Cannes en 2015, mais que j’avais raté. J’avoue avoir été un peu inquiet avant de regarder : Macbeth, une version de plus après tant d’autres, avec, en l’occurrence, un réalisateur australien, un Macbeth allemand (Michael Fassbender), une lady Macbeth française (Marion Cotillard), le tout annoncé avec l’accent écossais pour... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 13:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 juin 2016

De la grève à l'Euro de foot...

Cette période restera peut-être un cas d’école pour les sociologues et politologues à venir dans notre bel hexagone. Alors que les diffuseurs et les serviteurs de l’idéologie dominante croyaient faire définitivement aboutir le processus de désintégration de la classe ouvrière et des salariés, voués à l’abandon du sentiment de classe, à l’impuissance, à l’individualisme triomphant, à la servilité intériorisée, un rude mouvement social montre aux tenants des pouvoirs que la partie est loin d’être jouée, et terminée. C’est alors... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 11:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 juin 2016

Han Ryner : Verlaine

  Cf. l'article précédent : "Han Ryner, Prostitués"     Voici la présentation que fait de Verlaine Ryner dans sa revue des écrivains de son temps (1904) : « Naïvement les Parnassiens, ces âpres forgeurs de stances rigides, avaient d’abord pris Verlaine pour l’un des leurs. Plus tard, ils le dédaignèrent un peu, et leur clientèle ne se soucia guère de lui. Mais, la génération suivante s’en aperçut : au milieu de ces bibliothécaires qui bannissaient du vers souplesse et spontanéité, qui chassaient de la... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 juin 2016

Repliement

 À l’occasion de ces retrouvailles organisées dont certains sont friands, il m’arrive de revoir des « anciens » de mes épisodes passés, (études secondaires et supérieures, enseignement), que j’avais connus bien engagés dans des courants qui se voulaient porteurs d’avenir. Las, quand, en fin de parcours, les grandes causes s’émoussent, que règne le vide organisationnel, mais que la faim ne fait pas sortir le loup du bois (comme dans les classes dites "subalternes" en proie au mal vivre et au chômage), je peux constater... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 juin 2016

Han Ryner, "Prostitués"

  J’évoquais récemment, à propos de Campdoras, la riche personnalité de l’écrivain et philosophe libertaire Han Ryner [1861-1938].Cf. « Campdoras avait de qui tenir »http://merlerene.canalblog.com/archives/2016/05/24/33859749.html Le souvenir de Ryner ne s’est pas éteint, notamment en Provence où un grand colloque lui fut consacré en 2002, notamment grâce au regretté René Bianco.Voici le chapitre I d’un ouvrage publié en 1904, Prostitués. Etudes critiques sur  les gens de lettres d’aujourd’hui. Il convient de... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 08:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,