30 août 2017

Lecture d'été - Nature de la philosophie ?

« Si le Moi est la mesure des choses, la philosophie ne vaut pas une heure de peine. Elle n’a de sens que pour tout ce qui, de la pensée, excède nos inéluctables petites histoires. La philosophie n’est aucunement destinée à ce que nous soyons satisfaits. Depuis toujours et toujours, elle ne s’accorde qu’à l’éternité, dont nous savons qu’elle est l’éternité du Vrai tel qu’au futur antérieur d’une âpreté temporelle. » Alain Badiou, L’aventure de la philosophie française depuis les années 1960, La Fabrique éditions, 2012, p... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 03:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

30 août 2017

Koka Kintucha

Dans mon billet d’hier Cinéma d'été, La teta asustada, j’évoquais la personnalité de l’actrice Magaly Solier :http://fr.unesco.org/news/actrice-chanteuse-peruvienne-magaly-solier-nommee-artiste-unesco-paix Elle interprète ici un traditionnel quechua très connu de la région d’Ayacucho, dans les Andes péruviennes :   Si vous continuez la lecture après son clip, quelque peu abruptement terminé, vous trouverez une autre belle interprétation par Manuelcha Prado de cet hymne à la feuille de coca qui fait supporter la... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 03:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 août 2017

Cinéma d'été, La teta asustada

  « A pesar de que la película es un universo construido, tiene tantas conexiones con la realidad que, de alguna manera, es también real ». Claudia Llosa Mon été a été celui des voyages en chambre, et notamment d’un voyage au Pérou, non pas dans l'actualité que nous présentent la presse et les blogs [1], mais avec le film péruvien maintes fois primé à l’international La teta asustada [2009], (« Le sein », ou plutôt « la tétée terrorisée ». Titre de la version française : Fausta).Je me suis... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
28 août 2017

Billet de rentrée : Désamour Macron et souvenirs d’été…

    L'été va vers sa fin. Et dans sa touffeur, les nouvelles des cinq continents m'ont fait mesurer, plus que jamais, ce que la violence inhérente à l'Homme (mâle ?) peut devenir quand elle est exacerbée par les antagonismes de castes (voir l’Inde), de "races", d'ethnies résurgentes ou fracassées, de religions quand elle se veulent dominatrices et totalitaires. Le tout dans la logique cynique des intérêts capitalistes et l'affrontement des Empires (un dangereux incontrôlable aux manettes du plus puissant !).... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 07:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 août 2017

Gentil n'a qu'un œil, classement chronologique des chapitres

suite de :http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/27/35499698.html   Gentil n’a qu’un œil – classement des chapitres par ordre chronologique :   Présentation : http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/07/29/35483841.html   I http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/07/30/35449108.html   II http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/07/31/35449111.html   III http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/01/35449114.html   IV ... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 03:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 août 2017

Compléments sur "Gentil n'a qu'un œil"

 suite de :http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/26/35449217.html Vérité et fiction “Dans un roman récent, Gentil n’a qu’un œil, j’évoquais l’événement de La Salette, auquel j’avais en son temps consacré une étude sociolinguistique. Un certain nombre de lecteurs se sont étonnés, voire émus, de la vision proposée de La Salette en 1850. Cette réaction m’amène à préciser que, hormis le “miracle” dont bénéficie mon héros, miracle dont je laisse au lecteur éventuel le soin de préciser la nature, je n’ai rien inventé.... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 03:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XXVIII

suite de :http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/25/35449212.html     Épilogue   Quand la transcription a été finie, je suis remonté chez Ferrero. Sa copine et lui en ont été les premiers lecteurs. J'ai un peu menti : j'ai présenté le récit comme une fiction inspirée par mon passage à la Pourrachère.  Après la lecture, nous avons eu une conférence au sommet. Ferrero a déclaré : - C'est clair que ce type avait des problèmes avec les gonzesses. Sa copine a ajouté : - Le problème c'est qu'il n'est... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XXVII

suite de :http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/24/35449210.html     Il m’aurait été facile de descendre sur Gap, et de là vers mes Basses-Alpes : Corps est relais sur la grand route de Grenoble à Antibes. Mais c'est sur cette route que l'on pouvait m'attendre. D’autant que le Champsaur est rouge et que la police avait dû y tendre des filets. J’ai contourné le bourg par les prés et me suis retrouvé sur le chemin qui va vers la rivière et Cordéac. Dravet m'avait expliqué qu'on avait récemment jeté un pont sur le... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XXVI

suite de : http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/23/35449205.html   Nous nous sommes levés tôt. Après le déjeuner, le domestique de Dravet est arrivé en tenant deux chevaux.  Nous nous sommes rassemblés dans la grand rue. La foule affluait, sous une bannière portant la parole de la Dame : "Vous le ferez savoir à tout mon peuple". Le Colosse s'est approché et s’est risqué à une mimique interrogative. J’ai fait signe que je n'avais toujours pas vu notre homme. Nous avons quitté Corps en procession, par un... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 août 2017

René Merle - Gentil n'a qu'un œil - XXV

suite de :http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/08/22/35449202.html   Le Colosse dormait d’un sommeil de plomb, mais je n’ai pu me sauver : les portes cochères étaient fermées à clé, les murs étaient trop hauts.  Quand la sœur est venue apporter de la soupe, du pain et du fromage, les falaises du Vercors étaient roses du soleil levant. Quelque chose qui m'attendrissait chez elle. Le Colosse a fait dans son dos un geste équivoque. J’ai repensé à la fille d'hier soir et j’ai basculé une fois de plus. - Vous vous... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]