image30a

15 janvier 2017

Pasolini, langue et dialectes

Il n'est sans doute pas inutile pour les tenants d'une langue occitane dépourvue désormais de vrai support social et donc a priori mal en point, (mais maintenue par le volontarisme de ses défenseurs, et relancée par l'enseignement), comme pour les défenseurs du seul français (incapables de voir les langues dites régionales autrement qu'en ennemies), de réfléchir à la vision déjà ancienne de Pasolini (article dans Paese sera, 1974, publié dans Écrits corsaires).Dans le contexte de la victoire du libéralisme consumériste,... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 06:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 janvier 2017

Pasolini – Sur l’écartèlement des choix politiques et des choix de vie.

On connaît, sans cesse répétée les dernières années de sa vie et jusqu'à sa mort en novembre 1975, la dénonciation par Pasolini de la nouvelle société capitaliste et de ses effets de nivellement de toutes les masses dans leur comportement et leur langage. Il s’en exprime encore lucidement dans le fameux article paru dans le Corriere della sera, 26 juillet 1974 , repris dans Écrits corsaires, 1975). On trouvera sur ce blog le texte italien et ma traduction française : « Pasolini - Il potere senza... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 novembre 2016

Théorème - Pasolini

  Curieuse expérience de revoir Théorème en cette fin 2016, (le film est de 1968), alors que sa découverte en 1969 dans le grand tohu-bohu et l’immense déception de l’après-Mai français, fut pour moi un choc. Les mots, quels qu’ils soient, auraient du mal à décrire ce que je ressentis alors, tant cette irruption du Sacré par la vérité du Sexe venait à la fois conforter, mais aussi anéantir tant de certitudes idéologiques du temps.J’ai donc revu ce film divisé en deux parties strictement égales en durée, le bref séjour du jeune... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 06:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 mars 2016

Pasolini et la bourgeoisie

Lors de son voyage aux Etats-Unis, Pasolini écrivait au poète beatnik Allen Ginsberg le 18 octobre 1967 : « La tua borghesia è una borghesia di PAZZI, la mia una borghesia di IDIOTI. Tu ti rivolti contro la PAZZIA con la PAZZIA (dando fiori ai poliziotti) : ma come rivoltarsi contro l' IDIOZIA? » Je traduis littéralement : « Ta bourgeoisie est une bourgeoisie de FOUS FURIEUX, la mienne une bourgeoisie d’IDIOTS (d’imbéciles). Tu te révoltes contre la FOLIE à l’aide de la FOLIE (donnant des fleurs aux... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 décembre 2015

Pasolini toujours éclairant

    Pasolini, Pignon Ernest Pignon Cf. : catégorie "Pasolini" : http://merlerene.canalblog.com/archives/pasolini/index.html Je me permets de répercuter, pour qui ne l’aurait pas vue dans le commentaire fraternel reçu de DJM de Cambrai, cette référence à la revue BALLAST, qui vient de consacrer une semaine à Pasolini et, par ricochet, à Gramsci :« : A propos de la « bête à décerveler » et autres servitudes volontaires, intéressants textes de P.P. Pasolini sur le site :... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 10:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 janvier 2015

Pasolini et nous : l'adieu à la langue du cœur ?

Né en 1922, Pasolini, comme l'immense majorité des Italiens de sa génération, est bilingue : des Alpes frioulanes à la Sicile, dans un kaléidoscope fascinant, les multiples rejetons du latin coexistent avec l'italien officiel, ni plus ni moins rejeton qu'eux. Les dialectes sont dans toutes les bouches, sans pour autant susciter (sauf rares exceptions) des pulsions politiquement autonomistes. Et cette réalité, bien qu'en mutation, est loin d'être éteinte aujourd'hui. Pasolini commence à écrire en frioulan en 1944, et s'il adhère... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 09:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 janvier 2015

Renat Merle, Pasolini

  Tr’òc, n°1, janvier 1991 Bessai que dei normalitats futuras, sa clau es la diferéncia. Ansin d’aquela, dolorosa, d’un òme tant reconeissut, pasmens mai que sol. A 53 ans, lo sequeron sus un camp bordilher. Tot ara n’auriá 70. De que nos diriá ? Eu que questionava l’avenir, pivèla d’uneis occitanistas dins una amira que pòt semblar regressiva : mai legir sa poesia friolana es pas que saludar la lenga sòrre, umiliada. Es entrar dins un drame (normalitat-diferéncia) que pertòca l’engatjament nòstre. Lo paire es... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 13:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 janvier 2015

Pasolini déniché ?

Lu sur le site « C’est la faute à Diderot » 16-8-13) une recension du recueil de textes de Gramsci (période 1917-1918) traduits et présentés par Martin Rueff, Pourquoi je hais l’indifférence, Antonio Gramsci, Rivages Poche, 2012.Recension à vrai dire sans indulgence :[http://www.lafauteadiderot.net/Pourquoi-je-hais-l-indifference-Un].Vous jugerez de la pertinence en la lisant, après, bien sûr, avoir lu l’ouvrage.Mais en l’occurrence mon propos n’est pas là. Il est de trouver, à la fin de cette philippique, la... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 13:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 décembre 2014

Pasolini, Zavattini et le dialecte

On connaît le grand intérêt de Pasolini, lui-même poète dialectal (frioulan) pour les parlers populaires d’Italie. Voici un commentaire précieux qu’il proposa à l’occasion de la publication d’un de ses camarades communistes (et compagnon de l’aventure cinématographique), Cesare Zavattini.Pier Paolo Pasolini, « Stricarm’in d’na parola », Descrizioni di descrizionni, Einaudi, 1978. En préface de Cesare Zavattini, Poesie, Tascabili Bompiani, 1985.Je donne d’abord le texte italien, puis ma traduction (les spécialistes... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 03:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
30 août 2014

Pasolini, Appunto per una poesia in terrone

Cosí non si può piú andare avanti.  Perché avete lasciato che i nostri figli fossero educati dai borghesi ? Perché avete permesso che le nostre case fossero costruite dai borghesi ? Perché avete tollerato che le nostre anime fossero tentate dai borghesi ? [1]. Perché avete protestato solo a parole mentre pian piano la nostra cultura [2] si andava trasformando in una cultura borghese ? Perché avete accettato che i nostri corpi vivessero una cultura borghese ? Perché non vi siete ribellati alla nostra ansia, che si giustificava... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]