26 février 2017

Les socialistes français devant le "coup d'État de Russie", alias "Révolution d'Octobre" (novembre selon notre calendrier)

À la fin de cette terrible année de guerre 1917, on ne peut pas dire que les socialistes français aient accueilli avec enthousiasme la prise de pouvoir par les Bolcheviks (aile gauche majoritaire du Parti ouvrier social-démocrate de Russie, devenue parti indépendant en 1912 sous la direction de Lénine).     " Des nouvelles d’une extrême gravité nous arrivent de Russie. Les maximalistes sont maîtres de la capitale. La garnison et le soviet de Pétrograd ont déposé le gouvernement de Kerensky. Depuis plusieurs jours un... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 11:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 mai 2016

Guesde et l'anarchie

Suite à la vague d’attentats à la bombe de 1892-1894 (dont un dans la chambre des Députés) et à l’assassinat du Président de la République, le gouvernement fait voter entre décembre 1893 et juillet 1894 trois lois modifiant drastiquement la loi de 1881 sur la liberté de la presse et autorisant une chasse aux sorcières contre les anarchistes, déclarés ou supposés, et au-delà.Voici une grande partie de l’intervention de Jules Guesde, à la séance du 19 juillet 1894, lors du vote de la troisième loi. (Cf. Jules Guesde, Quatre ans de... [Lire la suite]
17 mai 2016

Les armes du prolétaires, chanson, Roubaix, 189?

Cf. « Guesde, candidat à Roubaix, 1893 »     Voici le texte d’une chanson publiée lors des élections de 1892 ou de 1893, ou de 1896 (municipales) - comme l'indique la date au crayon -, mise en ligne par la Médiathèque de Roubaix.Les armes du prolétaireChanson nouvelle, chantée par la Société des Forçats, établie chez Henri Carrette, Rue d’Alma 104, Roubaix.Air : les colombes fidèles Henri Carrette [1846-1911], élu maire socialiste (Parti Ouvrier Français, POF guesdiste collectiviste) en 1892, fut un... [Lire la suite]
15 mai 2016

Guesde, candidat à Roubaix, 1893

  Document : Des Congrès ouvriers de 1878 et 1879 était née l’idée de la constitution d’un Parti ouvrier. Initialement, l’idée était de constituer un parti dont les membres comme les dirigeants seraient exclusivement ouvriers. On peut consulter sur ce blog la discussion à ce propos entre Benoît Malon et Jules Vallès, lors de la première tentative de lancement du Parti en 1880. Jules Vallès, préface à "Le Nouveau Parti", de Benoît Malon (1881)http://merlerene.canalblog.com/archives/2014/11/09/30919201.htmlBenoît Malon... [Lire la suite]
06 octobre 2015

Benoît Malon et la Revue socialiste, 1885

 Sur Malon, consultez la catégorie « Benoît Malon » et en particulier l’article « Benoît Malon 1880 – Vers le Parti Ouvrier » :http://merlerene.canalblog.com/archives/2014/08/29/31971236.html   Malon (1841), fils du peuple rural devenu ouvrier, militant de l’Association Internationale des Travailleurs, avait soutenu ardemment la Commune de Paris. Il en paya le prix par neuf ans d’exil. Mais, dès son retour en France après l’amnistie de 1880, il participe à l’organisation du Parti Ouvrier,... [Lire la suite]
13 juin 2015

Séverine et la crise boulangiste

Cf. : "Julles Vallès, en amont du Boulangisme antiparlementaire".http://merlerene.canalblog.com/archives/2015/06/12/32188154.html Ces lignes de Vallès ont servi de préface à l'ouvrage de Séverine : En 1894, Séverine [1855-1929] publia un important recueil d’articles antérieurs, portant notamment sur la crise boulangiste : Notes d'une frondeuse, Paris, Simonis Empis, 1894.Voici l'article aux résonances oh combien actuelles qu’elle écrivit en 1887, alors qu’elle avait pris la direction du Cri du Peuple, après la mort de son cher ami... [Lire la suite]

12 juin 2015

Jules Vallès, en amont du Boulangisme antiparlementaire, 1883

  Jules Vallès écrit dans son journal Cri du Peuple, le 1er novembre 1883 : « Je ne souhaite de malheur à personne ; mais, vraiment, le jour où, entrant dans la lâcheté du Parlement comme dans du beurre, un général ayant un coq peut-être au lieu d’un aigle à son képi – qu’importe ! – nous emballerait pêle-mêle : les socialistes, les radicaux et les tricolores, ce jour-là, je ne pourrais m’empêcher de rigoler un brin de la penauderie de mes voisins, poussés dans le panier à salade à coups de pied au... [Lire la suite]
19 janvier 2015

Alphonse Aulard et l'Internationale

Adoptée et popularisée dans les années 1890 par les Guesdistes du Nord Pas de Calais en chant de lutte des classes, L’Internationale est peu à peu devenu le chant de combat de tous les socialistes, ou presque.  Mais quel sens prend-il, à partir de 1899, en cette période d’union des socialistes jauressiens et des radicaux au sein du Bloc républicain ? L’historien de la Révolution et ami de Jaurès, Alphonse Aulard (1849-1928)*, se livre ici à une remarquable entreprise de dédramatisation au service de... [Lire la suite]
19 janvier 2015

J.F. Gonon, sur La Marseillaise et l'Internationale

Histoire de la chanson stéphanoise et forézienne par le chansonnier plébéien J.F.Gonon, Saint-Étienne, coopérative L’Union typographique, 1906. (l’ouvrage fut d’abord publié par souscription, en fascicules) Le « plébéien » Jean-François Gonon (né à Saint Étienne en 1856) avait obtenu un emploi de bibliothécaire en 1900 de la municipalité socialiste de Saint Étienne. Chansonnier et « goguetier » de sensibilité anarchiste, puis socialiste, il s’était vivement opposé au versificateur et chansonnier patoisant Duplay... [Lire la suite]
13 novembre 2014

Benoît Malon vu par Léon Cladel (1886)

Pour compléter les articles précédents, voici un portrait de Benoît Malon que donna l'écrivain démocrate Léon Cladel en inroduction de Benoît Malon, La Morale sociale, Revue socialiste, Giard & Brière, Paris, 1895 - (Malon est décédé en 1893) Je donne en bleu quelques précisions. " UN PENSEUR SOCIALISTE : BENOIT MALON Ces pages de biographie, qu'écrivit Léon Cladel, en 1886, étaient destinées à précéder la première édition de cet ouvrage ; la modestie de l'auteur en empêcha la publication. Nous les restituons aujourd'hui... [Lire la suite]