25 novembre 2015

Alphonse Esquiros, "L'Aigle"

  Cf. : http://merlerene.canalblog.com/archives/2015/11/03/32822415.html Un exemple du parasitage de l’idéal par un autre « logiciel », ce poème bonapartiste du jeune républicain Alphonse Esquiros (1812), L'aigle, daté de 1833 et publié dans le recueil Les hirondelles (1834)   Le soleil était pâle ; une mer ondoyante Enflait à gros flocons son écume bruyante Et se brisait contre un rocher ; Une île, au sein des flots, s'élevait en silence Et sur ses bords déserts, d'où le vautour s'élance Glissait... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 août 2014

Alphonse Esquiros vu par Charles Dupont

  Le 21 juillet 1876, Charles Dupont, à Marseille, conseiller général radical de Marseille, prononçait cette allocution aux obsèques du sénateur Alphonse Esquiros. Texte consensuel, empreint de prudence (il n'est pas encore question, devant la loi, de s'exprimer librement sur la Commune), mais très révélateur de la distance prise par nombre de responsables radicaux marseillais devant les tendances révolutionnaires de la première Commune (septembre 1870).Le texte est dans Charles Dupont, Petites Œuvres françaises et... [Lire la suite]
30 août 2014

À propos des Communes révolutionnaires de Marseille - 1870-1871

J'ai dit par ailleurs tout le bien que je pense de l'œuvre de Jean Dautry (1910-1968). C'est pourtant un peu à cause de Dautry que j'ai mis si longtemps à m'intéresser au premier (et longtemps seul) ouvrage consacré à la Commune de Marseille (1870-1871) : Antoine Olivesi, La Commune de 1871 à Marseille et ses origines, Paris, Librairie Marcel Rivière (Bibliothèque d'histoire économique et sociale), 1950. Le livre est préfacé par le célèbre archiviste Georges Bourgin (1879-1958), socialiste, historien notamment... [Lire la suite]