14 octobre 2017

Des limites de la biographie ?

L’abondance de biographies et de biopics interroge, en tout cas m’interroge. Et ce à deux égards au moins. Pour nous en tenir au principal, s’il est évident que biographies et biopics éclairent l’œuvre, encore faudrait-il qu’ils ne l’étouffent pas. Il semblerait qu’une tendance actuelle les privilégie. Au détriment de l’œuvre littéraire ou philosophique ? Tout dépend du rapport déjà existant avec elle. Par exemple, les lecteurs d’Aragon liront sans doute encore plus Aragon après avoir fréquenté les ouvrages de Bougnoux et de Juquin... [Lire la suite]

19 mai 2017

Hugo, Mélancholia, 1838

Cet extrait de « Melancholia » (Victor Hugo, Les Contemplations 1856, livre III), est daté de 1838, au temps où, dans sa prime jeunesse industrielle, le capitalisme le plus sauvage exploitait de façon inhumaine la main-d’œuvre des enfants, jusqu’à les attacher (au sens littéral) à la machine et les fouetter pour maintenir le rendement…Il s’inscrit dans un mouvement d’opinion affirmé depuis 1835 par une rafale de pétitions, et il anticipe le fameux rapport que le médecin philanthrope Louis-René Villermé publia en 1840 après... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 10:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 janvier 2017

À propos de Baudelaire et Hugo

  Cf. : « Baudelaire sur Hugo (1846) »http://merlerene.canalblog.com/archives/2017/01/11/34738086.html   Reçu ce matin de l'ami Michel Parolini : " Je trouve Baudelaire injuste avec Hugo ! Ce n'était pas n'importe quel "travailleur", même "correct". Et quand on connaît les jugement de Baudelaire sur le travail et les travailleurs, on sait la dose de mépris qui se loge dans la formule. (Il n'existe que trois êtres respectables : le prêtre, le guerrier, le poète (...). Les autres hommes sont taillables et... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 janvier 2017

Victor Hugo, Louise Michel

ms autographe BNF. cf.  : http://expositions.bnf.fr/hugo/index.htm   Écrit à chaud en décembre 1871, au lendemain du procès de Louise Michel*, le texte fut publié dans le recueil posthume Toute la lyre.Hugo, qui n'avait pas approuvé la Commune, n'en condamna pas moins la répression avec la plus grande fermeté et indignation.Il n'était cependant pas question, dans l'abominable climat de répression de cette fin 1871, où les exécutions continuent à Satory (Rossel, Ferré, Bourgeois le 28 novembre encore...... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 11:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 janvier 2017

France/s ?

 Il est beaucoup question d’identité nationale dans cette campagne électoral. À ce propos, je reviens sur des souvenirs qu’il m’est déjà arrivé d’évoquer. Quid du sentiment d’être français ?Il est vrai qu'à l'étranger comme on dit, étranger plus ou moins lointain, quand ma qualité (?) de Français se révélait, on me parlait plutôt de Platini (jadis) puis de Zidane, que d'histoire, de philosophie ou de politique...Mais me reviennent quand même d'autres vieux souvenirs... C'était à Lahore, il y a bien longtemps (1966), dans un... [Lire la suite]
04 octobre 2016

1848, Le piège du suffrage universel ?

  J’ai souvent écrit sur ce blog que la Seconde République était à bien des égards la matrice de nos institutions et des impasses dans lesquelles elles nous plongent.Ainsi de ce suffrage universel que nos puissants affirment vénérer, mais qu’ils n’hésitent pas à violer lorsqu’il ne satisfait pas à leurs vœux. On sait ce qu’il advint du NON des Français à la constitution européenne (2005), aussitôt transformé en OUI par le vote parlementaire droite – socialistes.Mais revenons à 1848.Née de l’insurrection parisienne des 22-24... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 03:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 mai 2016

Gavroche

    Gavroche, dessin de Hugo « A force d'aller en avant, il parvint au point où le brouillard de la fusillade devenait transparent. Si bien que les tirailleurs de la ligne [l'armée] rangés et à l'affût derrière leur levée de pavés, et les tirailleurs de la banlieue [la garde nationale] massés à l'angle de la rue, se montrèrent soudainement quelque chose qui remuait dans la fumée.
 Au moment où Gavroche débarrassait de ses cartouches un sergent gisant près d'une borne, une balle frappa le cadavre. - Fichtre !... [Lire la suite]
25 mars 2016

Hugo, la guerre

Depuis six mille ans la guerrePlait aux peuples querelleurs,Et Dieu perd son temps à faireLes étoiles et les fleurs. Les conseils du ciel immense,Du lys pur, du nid doré,N'ôtent aucune démenceDu cœur de l'homme effaré. Les carnages, les victoires,Voilà notre grand amour ;Et les multitudes noiresOnt pour grelot le tambour. La gloire, sous ses chimèresEt sous ses chars triomphants,Met toutes les pauvres mèresEt tous les petits enfants. Notre bonheur est farouche ;C'est de dire : Allons ! mourons !Et c'est d'avoir à la boucheLa... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 06:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 janvier 2016

Commune de Paris - Les Fusillés

    Caserne Lobau, derrière l'Hôtel de Ville de Paris, où l'on fusilla sans interruption pendant une semaine après la fin de la Commune. Je vais donner quelques billets documentaires à propos de la Commune. Mais je ne peux aborder ce sujet sans avoir la gorge serrée en pensant au crime de masse qui acheva la Semaine Sanglante et à la bonne conscience avec laquelle il fut couvert, puis oublié... La réaction de la bourgeoisie fut à la mesure de la peur qu’elle avait éprouvée devant la mise à bas de son pouvoir politique.... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 septembre 2015

Jules Vallès et Victor Hugo

En juin 1867, au sortir d'une représentation d'Hernani (la fameuse bataille est vieille de 37 ans), le journaliste Vallès (1832), ferme opposant de gauche à l'Empire et rédacteur en chef de la Rue, renvoie l'Exilé à sa vacuité et Hernani à ce qu'il estime être une esbrouffe, de fait réactionnaire...  " [...] Jugeons donc froidement les choses, et voyons d'un coup d'œil ce que vaut Hernani !Il y a de grands vers sans doute, mais pas une situation juste et puissante, et surtout rien, rien qui ressemble de près ou de loin à une... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 05:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,