24 février 2017

Une République mort-née ?, - XV Hugo et les journées de Juin 1848

Vue de la place de la Bastille et de la barricade du faubourg Saint-Antoine, au matin du 25 juin 1848Huile sur toile de Jean-Jacques Champin (1796-1860). Musée Carnavalet. Article précédent :Une République mort-née ?, XIV - Insurrection de Juin 1848. Paris, Marseillehttp://merlerene.canalblog.com/archives/2017/02/24/34755260.html   On se souvient que dans les Misérables, Hugo présente l’épisode de l’insurrection républicaine parisienne du 6 juin 1832 : passage décisif où Jean Valjean épargne Javert et sauve... [Lire la suite]

11 janvier 2017

Baudelaire sur Hugo (1846)

  Le jeune Baudelaire [1821], qui signe alors Baudelaire-Dufaÿs (du nom de jeune fille de sa mère), publie en mai 1846 le second de ses Salons, son célèbre Salon de 1846 (Paris, Michel Lévy), où, à travers sa réflexion sur Delacroix, il démonte sans grands égards la « fabrication » de l’œuvre hugolienne.Hugo [1802], consacré figure de proue du romantisme, est alors au sommet de sa gloire : dramaturge ( notamment Hernani, 1830 – Ruy Blas, 1838), romancier (Notre-Dame de Paris, 1831), poète... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 05:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
03 avril 2015

Victor Hugo, sur les "patois"...

« Les patois ébauchent la langue comme l'aube ébauche le jour. Aussi la poésie qu'ils contiennent a-t-elle une grâce matinale. » Victor HUGO.Hauteville-House , 9 avril 1864. (Extrait d'une lettre adressée aux rééditeurs du poème en dialecte grenoblois, Grenoblo malhérou, 1864)
Posté par rmerle à 05:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
20 août 2014

Aragon : sur Hugo

Extrait de Aragon, Hugo poète réaliste, Éditions sociales, Paris, 1952 [1] "Mais je n'entends ici défendre le droit que j'ai de saluer Hugo. On peut me le contester, et non me l'ôter [2]. D'où la rage. Hugo ne s'enlève pas avec les droits civiques [3].Je veux seulement rappeler à quel point d'ignorance les Français en étaient venus de leur propre gloire, et qui fait que ce n'est point paradoxe que de demander : Avez-vous lu Victor Hugo ? [4] au public d'aujourd'hui.Vers 1921, si je ne me trompe de quelques mois, au soir, les... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 13:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,