28 août 2014

Le radicalisme absolu de Cœurderoy, 1852

Nous avons vu comment, dans l’ouvrage qu’il cosigne avec Octave Vauthier (jeune ingénieur fouriériste et révolutionnaire), La barrière du combat, Bruxelles, Labroue, 1852, Cœurderoy fustige le chauvinisme des chefs républicains et socialistes français ; aussitôt après, il leur jette à la face leur inconséquence au plan politique et social, dénonce leur fausse rupture avec un ordre bourgeois qu'ils perpétuent en fait, et affirme son radicalisme absolu, dans lequel se reconnaîtront plus tard bien des anarchistes. « Si... [Lire la suite]

28 août 2014

Cœurderoy et le chauvinisme belliciste français, 1852

Bien que ne pardonnant pas aux chefs démocrates-socialistes d'avoir laissé écraser les prolétaires en Juin 1848, voire de les avoir combattus, le jeune médecin Cœurderoy milita activement dans les rangs des "Rouges", il s'y fit remarquer par son enthousiasme et sa rigueur. Il fut accusé d'avoir été un des initiateurs de la journée parisienne de protestation de la Montagne, le 13 juin 1849. Voici ce qu'on peut en lire dans Pascal Rhaye, Les condamnés de Versailles, Paris, chez l'éditeur, imp. Napoléon Chaix, 1850 (il s'agit... [Lire la suite]