09 avril 2016

Mouvement ouvrier : du lendemain de la Commune au Congrès ouvrier de 1876. VIII– Jules Guesde

 Suite de : Mouvement ouvrier : du lendemain de la Commune au Congrès ouvrier de 1876. VII - la réaction de l'AIT "anti-autoritaire"http://merlerene.canalblog.com/archives/2016/03/23/33556548.html Après la dissolution de fait de l’AIT en 1872, Marx et ses amis s’orientent vers la constitution de partis socialistes nationaux, qui prendraient la place des fédérations nationales de l’Internationale.On conçoit que, provisoirement, la tâche était pratiquement impossible en France dans le climat répressif du lendemain de la... [Lire la suite]

22 janvier 2015

Karl Liebknecht et la guerre, 1912

Aux élections au Reichstag de janvier 1912, le Parti Social-Démocrate allemand (SPD) devient le premier parti du Reich (34,8% des voix, 110 députés). À cette occasion, L’Humanité, journal socialiste quotidien, directeur politique Jean Jaurès, publie en première page un entretien avec le dirigeant SPD Karl Liebknecht  (1er février 1912), sous le titre : "Après le triomphe". Il est poignant de lire ces lignes en réalisant la cécité des meilleurs, et en imaginant ce que pouvaient ressentir les lecteurs de 1912,... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 10:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 août 2014

René Merle, "Socialistes de « la Belle Époque » - Lille 1900 – Discours de Jaurès

En septembre 1900, moins d'un an après le congrès unitaire de la salle Japy, les délégués du Parti ouvrier français (guesdistes) font sécession. En réaction, Jaurès prône alors la constitution de fédérations départementales autonomes, et il salue celle qui naît dans le Nord Pas-de-Calais, bastion du Parti ouvrier français (guesdites)Prenant les devants, la fédération du POF du Nord organise un débat public le 26 novembre 1900, à l'hippodrome de Lille.8000 militants répondent à l'appel. L'assemblée est placée sous la présidence de... [Lire la suite]