14 octobre 2017

Des limites de la biographie ?

L’abondance de biographies et de biopics interroge, en tout cas m’interroge. Et ce à deux égards au moins. Pour nous en tenir au principal, s’il est évident que biographies et biopics éclairent l’œuvre, encore faudrait-il qu’ils ne l’étouffent pas. Il semblerait qu’une tendance actuelle les privilégie. Au détriment de l’œuvre littéraire ou philosophique ? Tout dépend du rapport déjà existant avec elle. Par exemple, les lecteurs d’Aragon liront sans doute encore plus Aragon après avoir fréquenté les ouvrages de Bougnoux et de Juquin... [Lire la suite]

06 octobre 2016

Rousseau et la métaphysique

« Les idées générales et abstraites sont la source des plus grandes erreurs des hommes ; jamais le jargon de la métaphysique n’a fait découvrir une seule vérité, et il a rempli la philosophie d’absurdités dont on a honte, sitôt qu’on les dépouille de leurs grands mots. »Rousseau, Émile ou de l’éducation, livre 4, « La profession de Foi d’un vicaire savoyard ».
Posté par rmerle à 09:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
19 septembre 2016

Rousseau, et la Patrie

« Mais où est-elle cette patrie ? Existe-t-elle encore ? Votre lettre décide de cette question. Ce ne sont ni les murs ni les hommes qui font la patrie ; ce sont les lois, les mœurs, les coutumes, le Gouvernement, la constitution, la manière d’être qui résulte de tout cela. La patrie est dans les relations de l’État à ses membres ; quand ces relations changent ou s’anéantissent, la patrie s’évanouit ; ainsi, Monsieur, pleurons la nôtre, et son simulacre qui reste encore ne sert plus qu’à la... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 juillet 2016

Si le Peuple est trompé…

Cf. le billet précédent : "Le Peuple souverain s'avance..." « Si la volonté générale peut errer.Il s’ensuit de ce qui précède que la volonté générale est toujours droite et tend toujours à l’utilité publique : mais il ne s’ensuit pas que les délibérations du peuple aient toujours la même rectitude. On veut toujours son bien, mais on ne le voit pas toujours : jamais on ne corrompt le peuple, mais souvent on le trompe, et c’est alors seulement qu’il paraît vouloir ce qui est mal. » Du contrat social ou principes du... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 06:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 juillet 2016

« Le Peuple souverain s’avance… » Rousseau - République

Cf. : « Rousseau – Citoyen »http://merlerene.canalblog.com/archives/2014/08/30/31981085.html « J’appelle donc république tout État régi par des lois, sous quelque forme d’administration que ce puisse être : car alors seulement l’intérêt public gouverne, et la chose publique est quelque chose. » Et Rousseau ajoute en note : « République (res publica) signifie, étymologiquement, la chose publique.Je n’entends pas seulement, par ce mot, une aristocratie ou une démocratie, mais en général tout... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 06:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 février 2016

Rousseau et la Divinité

« Les plus grandes idées de la Divinité nous viennent par la raison seule. Voyez le spectacle de la nature, écoutez la voix intérieure. Dieu n’a-t-il pas tout dit à nos yeux, à notre conscience, à notre jugement ? Qu’est-ce que les hommes nous diront de plus ? Leurs révélations ne font que dégrader Dieu, en lui donnant les passions humaines. Loin d’éclaircir les notions du grand Etre, je vois que les dogmes particuliers les embrouillent ; que loin de les ennoblir, ils les avilissent ; qu’aux mystères inconcevables qui... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 août 2015

Rousseau et la paternité

Cf. "À propos de biographies".http://merlerene.canalblog.com/archives/2015/08/28/32312072.html   J’évoquais dans le précédent billet l’impossibilité de séparer la personnalité de Rousseau [1712-1778] de la compréhension de son œuvre. J’y reviens un peu plus longuement. Je me souviens du choc que j’ai ressenti lorsque, étudiant et préparant un concours au programme duquel figuraient plusieurs ouvrages de Rousseau, j’avais découvert que l’auteur de Émile ou De l’éducation avait abandonné ses cinq enfants. Je pense que le choc... [Lire la suite]
27 août 2014

Rousseau et l'intolérance religieuse

Du Contrat social ou Principes du Droit politique. Par J.J.Rousseau, Citoyen de Geneve. A Amsterdam, Chez Marc-Michel Rey. M.DCC.LXII - (IV-VIII) "Ceux qui distinguent l'intolérance civile & l'intolérance théologique se trompent à mon avis. Ces deux intolérances sont inséparables. Il est impossible de vivre en paix avec des gens qu'on croit damnés ; les aimer, seroit haïr Dieu qui les punit ; il faut absolument qu'on les ramène ou qu'on les tourment. Par-tout où l'intolérance théologique est admise, il est impossible qu'elle... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 20:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 août 2014

Quand Médiapart me parlait d’identité

 Quand j’étais abonné à Médiapart, j'ai eu un jour la surprise, et disons, pour rester courtois, l'agacement, de lire en  première page un article titré : "Quand le rugby se vautre dans le terroir". Il s'agissait d'un billet à chaud consacré aux deux matchs Perpignan-Toulon et Biarritz-Toulouse, joués respectivement à Barcelone et Saint-Sébastien, un billet qui se voulait d'ouverture (c'est bien le cas pour qui parle de rugby) face aux fermetures identitaires, et, partant, d'apporter sa pierre au monument... [Lire la suite]
22 août 2014

Houellebecq - Identité

8 novembre 2010. À la surprise générale, le prix Goncourt est attribué à une jeune romancier apatride, Michel Houellebecq qui déclarait le lendemain, sur France Inter, "Je ne suis pas un citoyen et je n'ai pas envie de le devenir. On n'a pas de devoirs par rapport à son pays, on est des individus, pas des citoyens, ni des sujets. La France est un hôtel, rien de plus". Plus d'embourbement dans le terroir, plus d'entortillements dans le bleu blanc rouge... Voici enfin exprimée la vérité du Bobo contemporain, voilà enfin résolu le... [Lire la suite]