15 janvier 2017

Frédéric Engels et "la France du Sud"

Après la Révolution allemande de mars 1848 siège à Francfort une assemblée nationale constituante allemande, le "Parlement de Francfort". Dans le journal que Marx vient de créer à Cologne avec des camarades de la Ligue des Communistes, La Nouvelle Gazette Rhénane, organe de la Démocratie, (Neue Rheinische Zeitung), Engels en suit les travaux. Il a vingt-huit ans, mais son érudition est grande et les lignes qui suivent montrent sa connaissance et son interprétation des travaux de l'historiographie française.... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 06:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 août 2014

Marx 1844 - Les Annales franco-allemandes

J'ai donné dans un billet précédent deux extraits de la correspondance Marx-Ruge, publiée en entame de l'unique numéro de la revue Deutsch-Französische Jahrbücher, Paris, au Bureau des Annales, rue Vanneau, 1844 ("Les Annales franco-allemandes").Dans ce numéro, auquel collabore également Frédéric Engels, Marx donne deux contributions : "Pour une critique de la philosophie du droit" (de Hegel) et "À propos de la question juive", textes de jeunesse désormais classiques. Comme la revue elle-même, ces articles de Marx passèrent... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 10:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 août 2014

Marx - "Laissons les morts enterrer leurs morts" 1843

La correspondance Marx-Ruge évoquée ci-dessous figure en entame de l'unique numéro de la revue Deutsch-Französische Jahrbücher, Paris, au Bureau des Annales, rue Vanneau, 1844. Le texte est en allemand   On connaît la formule de Marx, "Laissons les morts enterrer leurs morts", reprise de Jésus (Luc, 9), et fort utilisée dans le monde marxien et marxisant, souvent dans une vision réductrice. Plus précisément, Marx écrit :  "Lasst die Todten ihre todten begraben und beklagen" (littéralement "Laissez les morts enterrer et... [Lire la suite]
25 août 2014

Marx et la révolte des tisserands silésiens 1844

Quelques semaines après la révolte des tisserands silésiens, le journal parisien de langue allemande Vorwärts ! publie un article anonyme signé "Un Prussien" : "Le Roi de Prusse et la réforme sociale" ( 27 juillet 1844). L'auteur est en fait Arnold Ruge, ex-ami et compagnon de combat idéologique de Karl Marx. (Comme Marx, Ruge était venu vivre à Paris en 1843, et avait initié avec Marx la publication des Annales franco-allemandes).  Selon Ruge, cette révolte est une convulsion sans véritable importance,... [Lire la suite]