12 décembre 2017

"L'Humanité" après l'assassinat de Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg

cf. mon billet d'hier : 1919 - Les socialistes et la Révolution - Allemagne et France     Voici l'éditorial de L'Humanité, journal socialiste, 19 janvier 1919, qui, au-delà du salut sincère, mais formel, à Liebknecht et Rosa Luxemburg, reflète bien la prudence qui se veut réaliste de la plupart des socialistes français, et le refus de "l'aventurisme" spartakiste. " Depuis les premiers jours de novembre, l'Allemagne est en révolution. La colère du peuple a d'abord balayé la clique dirigeante et réduit à... [Lire la suite]

11 décembre 2017

1919 - Les socialistes et la Révolution - Allemagne et France

J’ai récemment consacré une longue série d’articles sur l’attitude des socialistes français à la veille de la guerre de 1914 et pendant le conflit. Retrouvons les au lendemain immédiat de ce conflit, qui vit l’Allemagne connaître à la fois l’avènement de la République et l’écrasement sanglant des Spartakistes.Encore une fois, répétons-le, cet article, comme les précédents, n'apprendra rien aux historiens, auxquels d'ailleurs il n'est pas destiné. C'est aux lecteurs de ce blog qu'il s'adresse, s'ils sont, comme je le... [Lire la suite]
28 novembre 2017

Quand les socialistes SFIO croyaient encore, ou disaient croire, à la Révolution...

Après la longue série d’articles sur l’attitude des socialistes français à la veille de 1914 et pendant la guerre, je donne ici un texte significatif d’un des dirigeants du parti, Compère Morel, ancien guesdiste qui fut comme son mentor tenant de l’Union sacrée, et qui, comme Guesde, s’opposera au ralliement à la Troisième Internationale et au communisme en 1920.  Il est difficile de faire la part de la conviction et celle du désir de conforter la base ouvrière du Parti, mais en tout cas, à l’évidence, la SFIO continue au... [Lire la suite]
21 octobre 2017

Les socialistes SFIO et la guerre - 1916 -2 - Le Figaro

suite de : Les socialistes SFIO et la guerre - 1916 -1 - Kienthal   Voici les articles auxquels Renaudel répondait dans son article de l'Humanité : [Pierre Renaudel, 1871, vétérinaire, de formation blanquiste, député proche de Jaurès, qu’il remplace à la direction de l’Humanité.]  Le Figaro, 6 mai 1916 « Gare à Liebknecht ! De loin, et si on se borne aux apparences, Liebknecht semble se détacher en hauteur d’un décor souillé de sang et de boue, et il est peut-être le seul Allemand qui ait... [Lire la suite]
18 octobre 2017

Socialistes SFIO et la guerre - 1915

 J'ai présenté par quelques textes la position des socialistes SFIO avant le déclenchement du conflit et dans les premiers jours de la guerre.Suivre le fil à partir de :  I - SFIO à la veille de la guerre de 1914 - présentation Un an après, de premières fissures dans l'Union sacrée commencent à se faire jour, malgré le jusqu'auboutisme belliciste des dirigeants socialistes et notamment de Guesde.Sur ce dernier, voir la fin de :Les socialistes français et la guerre de 1914 - le passage à l'Union sacrée La Conférence... [Lire la suite]
14 octobre 2017

Socialistes devant la guerre de 1914 – pour clore une série de documents.

  Je viens de donner une série de documents concernant l’attitude des socialistes SFIO à la veille de la guerre de 1914 et dans les premiers jours du conflit. Suivre le fil à partir de : I - SFIO à la veille de la guerre de 1914 - présentation L’acceptation immédiate et entière de la guerre, succédant à la difficile mais résolue lutte pacifiste, ne peut qu’interroger. Et ce changement de pied sera quatre ans plus tard amèrement reproché à la « vieille maison » SFIO comme une faiblesse inacceptable, voire comme... [Lire la suite]

11 octobre 2017

V - SFIO à la veille de la guerre de 1914 - Manifeste commun SFIO - SPD, 1913

 suite de :  IV - SFIO à la veille de 1914 - Jaurès et la grève contre la guerre de la CGT, 1912 Le 1er mars 1913, l’Humanité publie sur deux colonnes, celle de gauche en français, celle de droite en allemand, le manifeste commun des partis socialistes français et allemand, dont la lecture est douloureuse quand l'on sait ce qu'il en adviendra dans l'été 1914. "Au moment où, en Allemagne et en France, les gouvernements se préparent à déposer de nouveaux projets de loi qui vont encore accroître les charges militaires déjà... [Lire la suite]
04 octobre 2017

Rendre justice à Guy Mollet ?

  suite de : Pouvoirs spéciaux, 1956   Après la fin de la tragédie algérienne, l’enterrement de la SFIO et la naissance d’un nouveau parti socialiste (1971), il fut de bon ton chez les nouveaux dirigeants socialistes de prendre toutes leurs distances avec Guy Mollet « le mal aimé ». Enfoncer Guy Mollet était un moyen facile de dédouaner la social-démocratie française de ses tragiques responsabilités antérieures : elles n’étaient pas le résultat inévitable d’une faille constitutive de la... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 01:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 octobre 2017

Pouvoirs spéciaux, 1956

Cf. : Fin ou renouveau du Parti socialiste ?   J’ai grandi dans un milieu familial et politique où les dirigeants du Parti socialiste étaient considérés comme d’éternels traitres. Tout en prenant en compte l’aspiration unitaire des dirigeants communistes et leur appel à pousser la base socialiste vers cette unité, bien des militants me disaient : « Ces socialistes nous ont toujours trahi et nous trahirons toujours ». À la fin de l’année 1955, après une année de guerre qui ne disait pas son nom en Algérie,... [Lire la suite]
10 avril 2017

Mort du Parti socialiste ?

Nos faiseurs d’opinion s’en vont annonçant la mort programmée du Parti socialiste, triplement plombé : fracture Valls-Hamon, tropisme Macron, ascension de J.-L Mélenchon.Ils oublient que, comme le Phoenix, le Parti socialiste renaît toujours de ses cendres. Maints épisodes nous l’ont prouvé, où, après de basses eaux électorales, et même de très basses (Gaston Defferre, 5,01 % à l’élection présidentielle de 1969), le PS est revenu en maître sur l’échiquier politique, comme on dit.Il n’y a aucun miracle à cela. Depuis longtemps, le... [Lire la suite]