10 avril 2017

Mort du Parti socialiste ?

Nos faiseurs d’opinion s’en vont annonçant la mort programmée du Parti socialiste, triplement plombé : fracture Valls-Hamon, tropisme Macron, ascension de J.-L Mélenchon.Ils oublient que, comme le Phoenix, le Parti socialiste renaît toujours de ses cendres. Maints épisodes nous l’ont prouvé, où, après de basses eaux électorales, et même de très basses (Gaston Defferre, 5,01 % à l’élection présidentielle de 1969), le PS est revenu en maître sur l’échiquier politique, comme on dit.Il n’y a aucun miracle à cela. Depuis longtemps, le... [Lire la suite]

20 mai 2016

Quand les socialistes (SFIO) croyaient (ou disaient croire) encore à la Révolution

  Pourquoi nous sommes socialistes ?, Librairie Aristide Quillet, coll. « Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l'Internationale ouvrière » no 10, Paris, 1919, « Le volume de Rappoport [Cf. in fine] était écrit et imprimé avant la guerre.Il devait paraître au moment même où le crime des crimes, préparé par le capitalisme international et déchaîné par le militarisme allemand, a été perpétré contre l’humanité.Les circonstances ayant été plus fortes que notre volonté, nos lecteurs nous... [Lire la suite]
19 janvier 2015

PS et PC, "frères" ennemis", 1921-1951

affiche de 1951 du parti socialiste S.F.I.O    Socialistes (S.F.I.O, section française de l'internationale ouvrière) et communistes (S.F.I.C. section française de l'internationale communiste)...  Frères séparés par la scission du Congrès de Tours qui vit naître (30 décembre 1920) le nouveau parti communiste. Frères ennemis jusqu'en 1934 et les retrouvailles devant la menace fasciste. Frères provisoirement unis du Front populaire. Puis ennemis tout court après les différends sur la politique étrangère, la mise... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 août 2014

Merleskoff

 En 1947, j’avais onze ans, et je me suis découvert bi-national. Et pour longtemps. Dans le journal socialiste varois, République, (les trois journaux du temps, qui se partageaient le lectorat de cette ville ouvrière, étaient République, socialiste donc, Le Petit Varois, communiste, et Le Méridional, à droite toute), un chroniqueur quotidien, par ailleurs responsable local du parti socialiste, croyait bon, en autres joyeusetés, de ne désigner mon père, maire communiste, que par le patronyme MERLESKOFF et l’adjectif... [Lire la suite]